Pédagogie spécialisée: les garçons plus nombreux que les filles à en bénéficier à l’école obligatoire

Selon l’Office fédéral de la statistique, les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles à bénéficier d’un soutien pédagogique spécialisé. L’offre varie d’ailleurs selon les cantons.
30 nov. 2020, 11:57
/ Màj. le 30 nov. 2020 à 13:06
Les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles à bénéficier d'un soutien pédagogique spécialisé à l'école obligatoire.

A l’école obligatoire, les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles à bénéficier d’un soutien pédagogique spécialisé. L’offre dans ce domaine est très disparate selon les cantons.

Les garçons sont proportionnellement plus nombreux (6,1%) que les filles (3,3%), indique lundi l’Office fédéral de la statistique dans un communiqué. La part des élèves étrangers est également plus élevée (6,4%) que celle des élèves de nationalité suisse (4,1%).

 

 

Sur un total de 950’000 élèves qui suivent l’école obligatoire, près de 42’000 (4,8%) d’entre eux bénéficient de pédagogie spécialisée. La moitié de ceux-ci suivent les cours dans les classes ordinaires. Les autres sont répartis entre des classes spéciales et une classe dans une école spécialisée.

L’offre varie selon les cantons

Pour la première fois, des résultats au niveau cantonal mettent en lumière les différentes structures relatives à la pédagogie spécialisée. La part d’élèves au bénéfice de mesures renforcées dans une classe ordinaire varie entre 0,4% et 6,6% en fonction du canton dans lequel se trouve l’école fréquentée. Cette variation intercantonale est presque identique à celle observée pour l’adaptation des programmes d’enseignement dans les classes ordinaires (entre 0,5% et 6,6%).

L’offre des écoles spécialisées diffère également d’un canton à l’autre: 90% d’entre elles se situent dans des communes urbaines ou intermédiaires. Ainsi, certains cantons doivent recourir à des placements extra-cantonaux pour satisfaire les besoins de leurs ressortissants. De plus, le taux d’élèves de la scolarité obligatoire dans les écoles spécialisées varie également selon le canton de domicile (entre 0,8% et 2,5%).

Depuis une quinzaine d’années, les élèves nécessitant des besoins particuliers bénéficient de plus en plus de soutien dans le cadre de l’enseignement régulier. Ainsi le placement dans des structures scolaires séparées diminue. Quant au personnel de la pédagogie spécialisée, il demeure principalement composé de femmes.