Réservé aux abonnés

«Les gardes-frontières suisses nous ont interceptés»

Pour avoir ramené en Suisse un requérant débouté, Anni Lanz, 72 ans, va affronter la justice. Portrait.
19 juil. 2018, 00:01
/ Màj. le 19 juil. 2018 à 00:01
Annie Lanz 17  juillet 2018 Danièle Ludwig Bist

ce qui frappe, lorsque Anni Lanz entre dans le café de la gare de Delémont, ce sont sa douceur et son sourire. Cette femme de 72 ans, sans enfants, va pourtant devoir prochainement affronter la justice helvétique. Celle-ci lui reproche d’avoir tenté de ramener en Suisse un migrant afghan âgé d’une vingtaine d’années. Elle l’avait rencontré à Bâle dans un centre de détention en vue de son refoulement. «Tom* a été traumatisé par ce qu’il a vécu en Afghanistan. J’ai tout de suite constaté qu’il souffrait de troubles psychiques lorsque je lui ai rendu visite», explique-t-elle.

Quelques jours plus t...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois