Réservé aux abonnés

La nouvelle orthographe reste confidentielle

Les enseignants romands ne poussent pas les élèves à adopter les dernières rectifications orthographiques.
08 sept. 2018, 00:01
/ Màj. le 08 sept. 2018 à 00:01
Exposition "Le jardin de l'orthographe" au Kaléidoscope du Groupe E.

Françoise Vonlanthen et Agnès Jobin créatrices  de l'exposition (de g.à dr.).



Photo Lib/Alain Wicht, Fribourg, le 24.04.2006 Exposition "Le jardin de l'orthographe"

«Les réformes du français sont une gageüre pour les maitres et maitresses qui enseignent en rang d’ognon à l’école.» La phrase vous choque? Normal, les enseignants ne travaillent pas en «rang d’ognon» dans les classes. Mais sinon? Rien ne vous fait mal aux yeux? Peut-être parce que la nouvelle orthographe du français vous est familière. Décidée en 1992, elle a fait tomber une partie des accents circonflexes ou simplifié la graphie de certains mots.

La langue française subit de manière cyclique des changements qui, pour le citoyen lambda, passent le plus souvent inaperçus. A l’inverse de la réfo...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois