Environnement: les chemins forestiers fréquentés perturbent les oiseaux durant des années

Se balader en forêt n'est pas un geste anodin pour la faune. Le long des sentiers pédestres très fréquentés, le nombre d'oiseaux tend à diminuer. Ces derniers seraient perturbés par la présences des hommes.
12 nov. 2018, 13:49
/ Màj. le 12 nov. 2018 à 13:43
Le long des sentiers très courus, tant le nombre de volatiles que d'espèces recensées diminue.

Plus un chemin forestier est utilisé, plus les oiseaux sont dérangés. Et ce même après des décennies. Les oiseaux peinent à s'habituer aux humains, montre une étude.

Le long des sentiers très courus, tant le nombre de volatiles que d'espèces recensées diminue, selon une étude publiée lundi dans le journal scientifique Frontiers in Ecology and Evolution. Elle a été réalisée par des chercheurs de la Station ornithologique de Sempach (LU). En outre, la simple existence d'un passage impacte moins l'avifaune que le nombre de promeneurs.

Les rapaces sont particulièrement sensibles à la présence des humains. Buses, éperviers ou pics fuient rapidement devant eux. Ils évitent les chemins même peu empruntés.

 

Réduire le nombre de sentiers

Les chercheurs estiment que limiter l'accès des visiteurs à certaines zones permettrait de limiter les nuisances. Ils préconisent aussi de réduire le réseau de voies pédestres en forêt.

Quatre forêts (trois en Suisse alémanique, une en France) similaires mais aux usages différents ont été examinées entre 2013 et 2015. Tous les oiseaux pouvant y être vus ou entendus ont été répertoriés. Des études antérieures avaient fourni des résultats contradictoires, d'où l'intérêt de celle-ci.