Droit de vote: la Berne fédérale a célébré sous la Coupole les 50 ans de suffrage féminin

Quelque 150 personnes représentant les autorités fédérales et cantonales, la science, la justice, les organisations féminines, la génération des pionnières et celle des jeunes citoyens étaient présentes sous la Coupole ce jeudi.
02 sept. 2021, 18:01
/ Màj. le 02 sept. 2021 à 20:05
Quelque 150 personnes étaient présentes dans la salle du Conseil national à l'invitation du DFJP.

La Berne fédérale a célébré jeudi sous la Coupole les 50 ans du droit de vote et d’éligibilité des femmes. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a qualifié ce moment historique de «victoire de la démocratie».

«Le 7 février 1971 est la date de naissance de la démocratie dont nous sommes si fiers aujourd’hui: une démocratie complète», a déclaré la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP). Quelque 150 personnes représentant les autorités fédérales et cantonales, la science, la justice, les organisations féminines, la génération des pionnières et celle des jeunes citoyens étaient présentes dans la salle du Conseil national à l’invitation du DFJP.

Dans aucun autre pays, hormis le Liechtenstein, la décision d’octroyer ce droit fondamental aux femmes n’a été entre les mains de chaque homme qui avait le droit de vote.
Karin Keller-Sutter

Karin Keller-Sutter a relevé l’ironie de l’histoire qui a fait de la Suisse un pays en retard sur les autres: «Dans aucun autre pays, hormis le Liechtenstein, la décision d’octroyer ce droit fondamental aux femmes n’a été entre les mains de chaque homme qui avait le droit de vote». Ailleurs, la décision est venue du gouvernement ou du Parlement.

Des progrès encore à réaliser

L’égalité et la démocratie sont des acquis qui demandent un soin constant et la participation de chacun et chacune, a-t-elle poursuivi. Les femmes sont désormais majoritaires dans les universités, ont rattrapé leur retard en politique, mais elles ont encore des places à gagner dans la direction d’entreprises. D’autres défis sont aussi à relever comme une meilleure conciliation entre la vie familiale et professionnelle ou les violences domestiques.



Le président de la Confédération Guy Parmelin a quant à lui rappelé le dicton «Mieux vaut tard que jamais!», ajoutant «Enfin!». Le suffrage féminin en Suisse a nécessité de patientes étapes et surtout un engagement résolu de toutes celles qui ont posé les jalons de cette victoire, a déclaré le Vaudois, rappelant le rôle pionnier de son canton en 1959.

Echanges entre générations

L’ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, l’ancien secrétaire général du PDC Iwan Rickenbacher ou l’ancienne conseillère nationale Hanna Sahlfeld-Singer ont fait part de leur expérience auprès des nouvelles générations. La conseillère fédérale Viola Amherd ou encore la présidente du Tribunal fédéral Martha Niquille étaient également présentes.

Les artistes Heidi Happy et Meimuna ont enrichi la manifestation de leur musique et leurs chants. La célébration aurait dû avoir lieu début février, mais a été reportée en raison du Covid-19.

Le 7 février 1971, le suffrage féminin a été accepté à une majorité de 65,7% des votants et quinze cantons et demi. En novembre de la même année, dix conseillères nationales et une conseillère aux Etats ont fait leur entrée sous la Coupole fédérale. Aujourd’hui, le Conseil national compte 40% de femmes. Et trois femmes siègent au Conseil fédéral.