Réservé aux abonnés

Débandade de l’UDC en Suisse romande

A un an des élections fédérales, le parti blochérien doit faire face à quatre départs sensibles.
22 août 2018, 00:01
/ Màj. le 22 août 2018 à 00:01
Der neugewaehlte Bundesrat Guy Parmelin (SVP) geht am Bundeshaus vorbei nach den Bundesratswahlen am Mittwoch, 9. Dezember 2015, in Bern. (KEYSTONE/Thomas Hodel) SCHWEIZ BUNDESRATSWAHLEN 2015

C’était à l’automne 2015. L’UDC remportait 12 sièges aux élections fédérales en Suisse romande, un record. Dans la foulée, le Vaudois Guy Parmelin était élu au Conseil fédéral. Alors que le parti commençait à connaître un tassement en Suisse allemande, il portait ses espoirs sur les Welches pour continuer à progresser.

L’UDC en Suisse romande était en pleine euphorie. Et là, patatras! Elle s’est mise à courir de bisbilles en déroutes électorales ces trois dernières années. Il y a eu les affaires Claude-Alain Voiblet et Fabienne Despot dans le canton de Vaud, l’exclusion du conseiller national R...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois