Réservé aux abonnés

De la perte abyssale au bénéfice

29 avr. 2016, 01:15
/ Màj. le 29 avr. 2016 à 00:01
ZU DEN GESCHAEFTSZAHLEN DER SCHWEIZERISCHEN NATIONALBANK IM ERSTEN QUARTAL 2016 STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES THEMENBILD ZUR VERFUEGUNG - The Swiss National Bank, SNB, photographed Thursday, 15 January 2015, in Bern, Switzerland. (KEYSTONE/Peter Klaunzer) SCHWEIZ NATIONALBANK 1. QUARTAL 2016

Pierre-André Sieber

Comment la Banque nationale suisse (BNS) peut-elle réaliser un bénéfice de 5,7 milliards de francs à la fin de ce premier trimestre 2016, alors qu’à la même période, l’an passé, elle enregistrait une perte de 30 milliards? Certes, une plus-value réalisée grâce au marché de l’or de 4,1 milliards, ainsi qu’un bénéfice provenant des positions sur les monnaies étrangères de 1,2 milliard expliquent ce redressement qui, pour le profane, apparaît tout de même spectaculaire. Explications.

L’après-15 janvier 2015

Annoncée après avoir abandonné le...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois