Sébastien Carron et le Rallye du Valais, la romance se termine par un abandon

Alors qu’il fêtait les 20 ans de son duo avec Lucien Revaz sur cette 61e édition du RIV, le pilote vétrozain a été contraint à l’abandon. Son histoire avec le Rallye du Valais s’arrêtera ici.
23 oct. 2021, 21:31
/ Màj. le 24 oct. 2021 à 17:01
Sébastien Carron et Lucien Revaz ne reviendront plus sur les routes du Rallye du Valais.

Sébastien Carron et Lucien Revaz ont vécu un drôle d’anniversaire. Eux qui fêtaient sur ce Rallye international du Valais les 20 ans de leur binôme n’ont pas pu aller au-delà de la spéciale de Montana (SS10) samedi matin. La faute à un écart de «deux centimètres» qui aura été fatal à la jante arrière gauche de leur Skoda Fabia Evo. 

«Ces deux centimètres sont lourds de conséquences, la voiture n’avait pas une marque, le volant était toujours droit», souligne le pilote vétrozain. «Quand je suis sorti de la voiture, je pensais à une crevaison. En voyant la roue arrière, j’ai directement dit à Lucien: «Désolé.» 

Loin de lui en tenir rigueur, le navigateur d’Uvrier a très vite relativisé. «Le rallye, c’est comme ça. Parfois ça passe juste juste, parfois ça ne passe pas. Ça aurait été beaucoup plus dur à accepter si nous n’avions jamais gagné le RIV et remporté le titre de champion suisse.» 

«Une décision qui a mûri»

Il n’empêche qu’après les journées de jeudi et de vendredi, les deux compères étaient largement en mesure d’aller chercher un nouveau doublé. Devant au scratch lors de huit des neuf premières spéciales, ils filaient tout droit vers la victoire avant ce fameux virage. «On est des compétiteurs, on ne va pas se cacher qu’on y pensait. D’autant plus qu’on avait vraiment pris beaucoup de plaisir à rouler jusqu’alors», affirme, sans amertume, le triple champion suisse des rallyes. 

Mais l’histoire en a décidé autrement. Et l’histoire, celle avec un grand H, du duo Carron-Revaz et du Rallye du Valais s’arrêtera là. «On ne voulait faire que trois courses cette saison. Etant donné qu’il y avait possibilité de remporter le championnat, on s’est inscrit au Rallye du Valais. Mais notre décision était prise avant cet abandon. Une course de trois jours, c’est beaucoup de temps et d’énergie à investir», affirme le vainqueur du RIV 2016. 

Ce temps et cette énergie, l’inséparable duo souhaite désormais les investir ailleurs. «C’est une décision mûrie, pas prise sur un coup de tête. On a envie de voir autre chose, mais on doit prendre le temps de se poser et d’y réfléchir», conclut Lucien Revaz.  

A lire aussi: «Gagner le rallye du Valais, c’est plus qu’un rêve de gosse», savoure le nouveau champion de Suisse, Mike Coppens

par Adrien Délèze