Réservé aux abonnés

Sepp tente de calmer le jeu

Le Valaisan, attaqué de toutes parts, n'abdique pas. Il brigue aujourd'hui même un cinquième mandat.
07 août 2015, 15:28
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_3164633.jpg

"Je ne peux pas surveiller tout le monde" , c'est la réponse, en ouverture hier du Congrès de la FIFA du président Sepp Blatter à ceux qui veulent le voir s'en aller.

Car les appels à la démission s'élèvent de toutes parts, après la révélation-déflagration mercredi de deux procédures judiciaires concernant la FIFA ouvertes par les justices américaine et suisse, pour corruption présumée, avec des arrestations à Zurich de sept élus de la FIFA et per...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an