Euro 2021: l'Italie de retour au sommet après une séance de tirs au but

Cinquante-trois ans après, la Squadra Azzura retrouve le sommet de l’Europe. Désormais invaincue depuis 34 matchs, la flamboyante équipe de Mancini s’est imposée en finale aux tirs au but contre une Angleterre décevante.
12 juil. 2021, 00:01
/ Màj. le 12 juil. 2021 à 09:47
Après avoir dû courir après le score, l’Italie a su renverser la vapeur pour forcer son destin aux tirs au but. Un succès mérité.

L’Italie est de retour au sommet. La Squadra azzurra a remporté l’Euro 2021 en battant l’Angleterre 1-1 ap, 3-2 tab dans un Wembley qui a vu s’évanouir ses rêves de succès.

 

 

Les Anglais avaient ouvert le score par Shaw dès la 2e. Ils ont eu le tort de trop reculer ensuite. Bonucci a égalisé à la 67e. Le score n’a plus bougé jusqu’au terme des prolongations.

Dans la séance des tirs au but, les trois derniers tireurs anglais (Rahsford, Sancho et Saka) ont manqué (tir de Rashford sur le poteau, arrêts de Donnarumma sur les deux autres), alors que Pickford avait stoppé les essais de Belotti et Jorginho.

Le succès de l’Italie, désormais invaincue depuis 34 matches, répond à la logique. La Squadra azzurra a nettement dominé (19 tirs à 6, dont 6 cadrés à 1) à partir de la deuxième mi-temps. Elle a mis à nu les limites des Three Lions dans le jeu.

 

 

L’Angleterre avait pourtant eu le bonheur d’ouvrir le score dès la 2e, sur son seul tir cadré du match! L’action a été magnifique: Shaw a récupéré la balle dans son camp sur le flanc gauche, avant de trouver Kane. Le capitaine a renversé le jeu à droite pour Trippier, dont le centre précis était repris en demi-volée par Shaw, qui signait ainsi son premier but international.

Départ canon des Anglais

Cette réussite précoce – après 1’57 exactement, but le plus rapide lors d’une finale de l’Euro – justifiait le choix de Gareth Southgate de titulariser Trippier, dont la vitesse à droite embêtait les Italiens. Cette entame idéale gonflait évidemment les Three Lions à bloc. Ils mettaient une grosse intensité dans les duels, ce qui perturbait la jouerie italienne. Et les décrochages de Kane, également, posaient problème aux Azzurri.

Menés pour la première fois dans ce tournoi, les hommes de Roberto Mancini ont eu besoin de temps pour se remettre les idées en place. À partir de la demi-heure, ils ont commencé à mieux se trouver et à monopoliser le ballon. Les Anglais se contentaient de défendre, ce qu’ils faisaient bien, à commencer par les milieux Rice et Phillips, au four et au moulin.

 

 

Mais avec un but d’écart, tout restait ouvert à la reprise. Pickford effectuait son premier véritable arrêt sur un essai d’Insigne (57e) dans un angle fermé alors que l’Italie s’était installée dans le camp adverse. Le portier anglais était encore davantage menacé sur une frappe du dangereux et remuant Chiesa (62e).

L’Italie trouvait la récompense de sa domination à la 67e, après un corner et un tir sur le poteau de Verratti repris de près par Bonucci, qui devenait à 34 ans le buteur le plus âgé d’une finale de l’Euro. Southgate réagissait en faisant entrer Saka pour Trippier pour reformer une défense à quatre, Walker glissant à droite et Shaw reculant d’un cran.

Après avoir trop spéculé, les Anglais devaient changer de plan et remettre le pied sur le ballon. Mais l’Italie ne leur en laissait pas vraiment l’occasion. Et comme lors de la finale 2016, les prolongations étaient inévitables. Celles-ci n’allaient rien donner.