Steve Morabito: "J'ai vécu un moment très fort à Troistorrents"

Steve Morabito a vécu des émotions très fortes lors de la deuxième étape du Tour de Romandie. Il a traversé son village natal, Troistorrents, en tête du peloton.
29 avr. 2016, 04:11
/ Màj. le 29 avr. 2016 à 04:21
Steve Morabito a emmené le groupe des favoris lors de la traversée du village de Troistorrents, là où il a grandi.

A la base, Steve Morabito  n'avait pas forcément prévu ce scénario-là. Toujours est-il que lorsque la possibilité lui a été offerte d'emmener le peloton des favoris dans la montée sur Morgins, lors de la traversée de Troistorrents notamment, le Chorgue d'origine, établi depuis quelques années à Granges, ne s'est pas fait prier. "Notre but, c'était de durcir la course, explique-t-il. Sportivement, on avait mis au point une tactique bien précise. Initialement, je devais tenir jusqu'à la bascule des Champs. Finalement, j'ai pu en faire un peu plus. J'ai commencé à ressentir les premières émotions dès notre arrivée en Valais. Au bord de la route, j'ai reconnu ma famille, mes amis, tant de supporters et de drapeaux valaisans. C'était très spécial. J'ai été transporté par le public."

"Une petite victoire personnelle"

A Troistorrents, le Valaisan de la FDJ s'est senti pousser des ailes. "J'avais déjà vécu un moment très fort lors de la reconnaissance avec Thibaut Pinot et Sébastien Reichenbach, la semaine précédant le Tour. Comme je n'habite plus là depuis quelques années, ça m'a fait chaud au coeur. Jeudi, j'ai passé en tête devant la maison familiale à Troistorrents. Ce sont mes routes d'entraînement, là où j'ai attrapé le virus du cyclisme. C'était une petite victoire personnelle. Sur la route des Champs, lors de la première ascension, c'est Alexandre Geniez qui devait assurer le tempo. Mais il n'était pas dans un grand jour. Je m'y suis donc mis. C'était magique d'emmener le groupe chez moi. Quand les Katusha ont embrayé, j'avais terminé mon travail. J'ai donc fini à mon rythme. C'est Sébastien Reichenbach qui a pris le relais dans la deuxième partie de l'ascension."

"Pinot peut monter sur le podium"

Steve Morabito a terminé l'étape avec 4'27 de retard sur Nairo Quintana. Mais pour lui, le fidèle capitaine de route de la FDJ, l'essentiel est ailleurs. Thibaut Pinot, quatrième, est toujours en course pour monter sur le podium à Genève. Lors du contre-la-montre à Sion, il peut reprendre un peu de temps au Colombien. "Attention, Quintana est très fort, très confiant, poursuit le Chorgue. En plus, la Movistar possède une deuxième carte avec Izagirre, l'ancien maillot jaune. Je pense que Pinot était aussi fort que Zakarin dans la montée sur Morgins. Sauf qu'il a davantage travaillé. Le Russe a pu contrer et faire la jonction. Finalement, le contre-la-montre va provoquer plus d'écarts. Il a les moyens de revenir sur le podium. Nous avons fait une course offensive afin de le mettre sur orbite. Mais ça coûte un peu plus d'énergie. C'est un attaquant qui va saisir toutes les opportunités."

par Christophe Spahr