Les médecins polonais qui ont fait remarcher un paralysé cherchent 2 nouveaux cobayes

Quelques jours après avoir fait le tour du monde avec leur paralysé qui remarche, grâce à la transplantation de cellules nerveuses, les médecins polonais lancent un appel à candidature. Ils recherchent 2 paralysés pour affiner leur traitement.
07 août 2015, 14:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Un homme paralysé jusqu'à la taille à la suite d'une agression au couteau a pu retrouver l'usage de ses jambes après une transplantation de cellules nerveuses. Une opération menée par des médecins polonais et présentée comme la toute première du genre.

Les médecins polonais qui ont réussi à faire marcher à nouveau un paralysé, cherchent deux autres patients. Ils souhaitent continuer à améliorer leur méthode, a annoncé leur leader, Pawel Tabakow, mercredi à Wroclaw.

Darek Fidyka était paralysé jusqu'à la taille. Il a été révélé mardi que cet homme a retrouvé l'usage de ses jambes après une transplantation inédite de cellules nerveuses réalisée il y a deux ans en Pologne. Mercredi, face à la presse, ce pompier bulgare de 40 ans, a évoqué les progrès de son traitement, mentionnant le retour des fonctions sexuelles.

Très ému, M. Fidyka a dû rappeler l'agression au couteau subie en juillet 2010 de la part de l'ex-mari "alcoolique et drogué" de sa compagne. "J'espère aller plus loin", a-t-il confié au sujet de l'amélioration de son état. "Je pourrais vivre seul, je conduis ma voiture, certes modifiée, mais je la conduis".

L'intervention chirurgicale a fait de lui la première personne au monde à se rétablir d'une déchirure totale des nerfs de la colonne vertébrale. Le genre de blessure à la colonne vertébrale de Darek Fidyka "est très rare", a souligné Pawel Tabakow.

Ce traitement peut concerner "seulement des blessures provoquées par un instrument tranchant, comme une machette", a précisé son supérieur, le professeur Wlodzimierz Jarmundowicz, ajoutant qu'il ne voulait pas "donner de l'espoir à toutes les personnes ayant la colonne vertébrale endommagée".

Critères de recrutement

De tels patients seront recherchés à l'échelle mondiale, grâce à deux pages Internet précisant les critères de recrutement. Une figure sur le site du centre de réhabilitation Akson de Wroclaw où M. Fidyka est traité, et l'autre sur le site de l'institut britannique de l'University College de Londres qui a collaboré avec les Polonais.

C'est un hasard qui a permis à Pawel Tabakow d'avancer dans ses recherches commencées il y a douze ans. Alors que généralement, a-t-il expliqué, on prélève des cellules censées favoriser la régénération des nerfs dans le nez du patient, cette technique a été impossible chez l'ancien pompier, car il souffrait d'une inflammation des sinus.

Crâne ouvert

C'est ainsi que les cellules ont été prélevées dans son bulbe olfactif, ce qui a nécessité l'ouverture du crâne. Ce procédé est désormais breveté, a précisé le médecin.

Des films ont été montrés aux journalistes, comparant l'état du patient avant et plusieurs mois après l'intervention. Y compris le coup de pied que cet ancien gardien de but a réussi à donner au ballon apporté par Pawel Tabakow.

Rester prudent

Certes riche de promesses, cette intervention chirurgicale doit toutefois être considérée avec prudence, ont estimé mardi plusieurs experts médicaux. "Bien que son résultat soit en effet révolutionnaire, ce traitement n'a pour l'instant eu d'effet que sur un seul patient", a souligné le docteur Dusko Ilic, du King's College de Londres.

"Seul un véritable essai (clinique) permettra de montrer que c'est bien (ce traitement) qui a refait fonctionner la moelle épinière", a déclaré Alain Privat, un chercheur de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) à Paris.