Réservé aux abonnés

Faut-il tester les embryons ou pas?

Un débat met en scène partisans et opposants du DPI. Les uns insistent sur la nécessité du test pour les couples à risques, les autres en craignent les dérives.
07 août 2015, 15:28
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_3165514.jpg

"La question doit revenir seule aux parents. Ce sont eux qui sont en mesure de savoir s'ils veulent prendre le risque de mettre au monde un enfant porteur d'une maladie. La décision devrait leur appartenir, car ce qui est supportable pour certains est insupportable pour d'autres." Cette remarque d'une mère de famille lors du débat public sur le diagnostic préimplantatoire (DPI) organisé cette semaine à Martigny par Emera montre bien le côté émotionnel de cette votation soumise au peuple le 14 juin (cf. encadré). Pour les partisans du DPI, cette modification de l'article constitutionnel est lo...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an