Pour que Noël ne sonne pas faux. Le grain de sel de Florent Bagnoud

03 déc. 2021, 20:00
/ Màj. le 10 déc. 2021 à 18:48
Florent Bagnoud, journaliste au «Nouvelliste».

La montée vers Noël bat son plein. Comme chaque année, c’est tout un rituel réglé comme du papier à musique qui se met en place. Il y a tout d’abord les décos que l’on voit fleurir un peu partout dans les rues – et surtout dans les magasins – depuis plusieurs semaines. 

Il y a les cadeaux à planifier, les premières neiges, les cheminées qui fument, la lumière du jour qui se fait de plus en plus discrète, le thé au gingembre du soir ou le vin chaud, c’est selon.

Il y a aussi ces drôles d’objets que l’on voit à l’entrée de certains magasins. Ils me font toujours penser à des canons à neige. Mais en vrai, Google m’indique qu’on appelle ça des «emballeuses» de sapins de Noël. 

Bref, on connaît la musique. Mais pour la deuxième année de suite, toute cette mélodie festive paraît contrebalancée par des accords à la tonalité plus mélancolique. Records de cas en 24 heures en Suisse, hospitalisations à la hausse, nouveau variant, nouvelles mesures, certificat Covid obligatoire en Valais lors des rencontres familiales de plus de dix personnes… le père Noël pourra-t-il passer nous voir dans trois semaines? 

Le virus n’aime pas la bonne musique. Il se fiche de nos fêtes et des boules qu’on accroche sur notre sapin. Alors ne baissons pas la garde. Préférons les gestes barrières aux accolades. Pour nous et nos proches. Pour que Noël ait un sens et ne sonne pas faux. 


Toutes les rubriques de notre page réseautage:



par Florent Bagnoud