Tunisie: un gendarme tué et trois assaillants abattus dans une attaque «terroriste»

Une attaque à l’arme blanche a fait au moins quatre morts dans la station balnéaire de Sousse en Tunisie. Un gendarme et trois assaillants sont décédés. Les autorités ont réagi en dénonçant une tentative de déstabilisation de la Tunisie par une attaque «terroriste».
06 sept. 2020, 19:25
/ Màj. le 06 sept. 2020 à 19:25
La police tunisienne a bouclé le secteur de l'attaque qui a visé une de leurs patrouilles. Le président et son premier ministre se sont rendus sur les lieux.

Un membre de la Garde nationale (gendarmerie) a été tué dimanche matin dans une station balnéaire de l’est de la Tunisie au cours d’une attaque «terroriste». Trois assaillants ont été abattus, a annoncé le porte-parole de la Garde nationale.

Chaque attaque replonge le pays, berceau du Printemps arabe, dans le souvenir de la série d’attentats suicide après sa révolution de 2011. La ville de Sousse, où a été tué le gendarme, avait notamment été le théâtre d’une attaque djihadiste meurtrière en 2015.

 

 

«Une patrouille de deux agents de la Garde nationale a été victime d’une attaque au couteau à Sousse. L’un d’eux est tombé en martyr et l’autre, blessé, est hospitalisé», a indiqué Houcem Eddine Jebabli, porte-parole de la Garde nationale.

Les forces de sécurité ont poursuivi les assaillants, qui avaient volé la voiture de la patrouille et s’étaient emparés des pistolets des victimes, selon la même source.

Echange de tirs

«Dans un échange de tirs, trois terroristes ont été tués», a ajouté M. Jebabli, précisant que la voiture de la Garde nationale et les armes avaient été récupérées par les forces de l’ordre.

L’attaque et la poursuite ont eu lieu dans le quartier d’Akouda, dans la zone touristique El Kantaoui, selon la Garde nationale.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué dans un communiqué que «les trois assaillants» avaient «heurté» avec leur voiture les deux agents de la Garde nationale mais sans mentionner qu’ils les avaient poignardés.

 

 

Le président Kais Saied, qui s’est rendu sur les lieux de l’attaque, a indiqué lors d’une discussion avec un responsable sécuritaire que les assaillants avaient heurté les deux gendarmes puis les avaient poignardés.

«La police technique doit arriver à (identifier) ceux qui sont derrière ces gens-là (les assaillants) et à savoir s’ils ont mené cette opération à titre individuel ou au nom d’une organisation», a dit M. Saied.

«Microbes»

Le Premier ministre Hichem Mechichi et le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine se sont également rendus sur place.

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, M. Mechichi a promis d’«éradiquer les terroristes dans les plus brefs délais», appelant «les Tunisiens à ne pas avoir peur». Les «microbes» doivent avoir peur puisqu’ils «seront éradiqués», a-t-il ajouté.

La dernière attaque visant des forces de l’ordre en Tunisie remontait au 6 mars. Un policier avait été tué et cinq autres blessés, ainsi qu’un civil, dans un double attentat suicide contre des forces de l’ordre protégeant l’ambassade des Etats-Unis à Tunis.