Suède: Greta Thunberg n’attend «pas de grands changements» de la COP26

Selon la militante suédoise Greta Thunberg, la COP26 n’amènera pas de grand changement, alors qu’une réunion internationale de ce type aurait le potentiel de faire avancer la cause.
16 oct. 2021, 19:16
/ Màj. le 16 oct. 2021 à 19:16
«Mon espoir évidemment, c’est que nous réalisions tout d’un coup que nous sommes confrontés à une crise existentielle et que nous agissions en conséquence», a dit Greta Thunberg (illustration).

Une conférence de plus qui n’amènera «pas de grands changements»: à deux semaines de la COP26, la militante suédoise Greta Thunberg a déploré par avance samedi la réunion, pourtant «cruciale» pour l’avenir de la planète.

«Dans l’état actuel des choses, cette COP n’amènera pas de grands changements», a estimé l’égérie du mouvement Fridays for Future, auprès de l’AFP, en marge d’un concert sur le climat organisé à Stockholm.

On va devoir continuer à faire le forcing!
Greta Thunberg, militante pour le climat

La COP26 et toutes les réunions internationales «ont le potentiel de changer les choses puisqu’elles rassemblent tant de personnes. Nous devons donc nous assurer que nous saisissons cette occasion», a ajouté la jeune militante, vêtue d’une polaire noire: «On va devoir continuer à faire le forcing!».

Mon espoir évidemment, c’est que nous réalisions tout d’un coup que nous sommes confrontés à une crise existentielle et que nous agissions en conséquence.
Greta Thunberg

Lors de la conférence à Glasgow en Ecosse, les Etats du monde entier auront du 31 octobre au 12 novembre pour négocier et s’engager plus concrètement sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

«Mon espoir évidemment, c’est que nous réalisions tout d’un coup que nous sommes confrontés à une crise existentielle et que nous agissions en conséquence», a continué Greta Thunberg.



Pour elle, il faut désormais «changer de focus et ne plus chercher à créer des niches dans les programmes, mais plutôt à sauver la planète, le présent et les conditions de vie des générations futures».

Selon la dernière évaluation de l’ONU publiée mi-septembre, le monde se dirige vers un réchauffement «catastrophique» de +2,7°C d’ici la fin du siècle alors que chaque fraction de degré supplémentaire multiplie les conséquences dramatiques.

A lire aussi: Climat: l’année 2021 va dans la mauvaise direction selon l’ONU