Nouveau record des concentrations de gaz à effet de serre

Niveaux records en 2021 pour les concentrations de gaz à effet de serre, le taux d’augmentation annuel dépassant même la moyenne de la dernière décennie.
25 oct. 2021, 11:56
/ Màj. le 25 oct. 2021 à 11:56
Environ la moitié des émissions de CO2 restent dans l'atmosphère. La seconde moitié est (encore) absorbée par les océans et par les écosystèmes terrestres

Les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont à nouveau atteint un record l’année dernière. Cette situation semble se poursuivre cette année, a dit lundi à Genève l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un rapport.

Les concentrations de CO2, le gaz le plus important, se sont établies à 413,2 parties par million (ppm), en extension plus rapide que pendant la dernière décennie en moyenne et près de 150% par rapport à la période préindustrielle. Celles du méthane, à 1889 parties par milliard (ppb), dépassent de 262% ce niveau et celles de l’oxyde nitreux, à plus de 330 ppb, sont plus importantes d’environ 125% par rapport à celui-ci.

Situations météorologiques extrêmes à la hausse

L’OMM répète que le ralentissement économique lié au coronavirus n’a pas eu d’impact significatif sur ces concentrations. Même si les nouvelles émissions de CO2 ont reculé.

Aussi longtemps qu’elles se poursuivent, la température va continuer à augmenter. Avec davantage de situations météorologiques extrêmes ou de montée du niveau des mers et des océans.

Environ la moitié des émissions de CO2 restent dans l’atmosphère. La seconde moitié est absorbée par les océans et par les écosystèmes terrestres, mais l’OMM redoute elle que cette capacité ne soit diminuée à l’avenir. Sur une trentaine d’années, l’effet de réchauffement du climat a augmenté de 47%, surtout en raison du CO2.