Naufrage de migrants dans la Manche: la tension monte entre la France et le Royaume-Uni

La question des migrants est au cœur d'une nouvelle escalade de tensions entre la France et le Royaume-Uni. Ce vendredi, le ministre de l'intérieur français a annulé l'invitation de son homologue britannique à une réunion sur le dossier. La veille, Boris Johnson avait demandé à Macron de reprendre tous les migrants arrivant en Angleterre depuis l'hexagone.
26 nov. 2021, 13:00
/ Màj. le 26 nov. 2021 à 14:32
Boris Johnson a publié sur Twitter une lettre adressée à Emmanuel Macron.

La crise entre Paris et Londres a franchi un nouveau cap vendredi, avec l’annulation par la France de la présence britannique à une réunion consacrée à la crise des migrants. Les tensions étaient déjà récurrentes autour des litiges de pêche post-Brexit.

La décision de Paris fait suite à une lettre du Premier ministre britannique Boris Johnson au président français Emmanuel Macron publiée sur Twitter jeudi soir, lui demandant de reprendre les migrants arrivant en Angleterre depuis la France, au lendemain d’un naufrage dans la Manche qui a fait 27 morts.



Au-delà du contenu de la lettre, c’est sa publication qui a ulcéré la France. «Je suis surpris des méthodes quand elles ne sont pas sérieuses», a lancé Emmanuel Macron, en visite à Rome.

On ne communique pas d’un dirigeant à l’autre sur ces questions-là par tweets et par lettres qu’on rend publique.
Emmanuel Macron, président de la France

«On ne communique pas d’un dirigeant à l’autre sur ces questions-là par tweets et par lettres qu’on rend publiques, nous ne sommes pas des lanceurs d’alerte», a souligné le président français.

Annulation

Dans un message à son homologue britannique Priti Patel, le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin estime que si la lettre est une «déception», sa publication est «pire» encore. En conséquence de quoi, il a annulé la venue de Mme Patel à Calais (nord) dimanche.

Malgré ces propos très durs, Londres a demandé à Paris de rétablir l’invitation à sa ministre de l’Intérieur. Etaient invités les ministres chargés de l’immigration belge, allemand, néerlandais et britannique, ainsi que la Commission européenne.



«Aucune nation ne peut s’attaquer à cela seule. J’espère que les Français reconsidéreront (leur décision)», a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps, sur la BBC.

A lire aussi: France: 27 migrants morts dans la Manche en tentant de rejoindre l’Angleterre

Ce différend intervient moins de deux jours après le naufrage d’un navire au large de Calais, qui a entraîné la mort de 27 migrants : 17 hommes, sept femmes et trois jeunes.