Le Suisse Pierre Krähenbühl démissionne de l'Unrwa avec effet immédiat

Le commissaire général de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Urnwa), démissionne dès à présent, dans le cadre d'une enquête interne pour abus de pouvoir.
06 nov. 2019, 19:10
/ Màj. le 06 nov. 2019 à 20:42
Le Suisse Pierre Krähenbühl démissionne de l'Urnwa (Illustration).

Le Suisse Pierre Krähenbühl, commissaire général de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a «démissionné avec effet immédiat», a annoncé mercredi le porte-parole de l'ONU. Il est mis en cause par une enquête interne pour abus de pouvoir.

Très récemment, «le commissaire général de l'Unrwa, Pierre Krähenbühl, a informé le secrétaire général qu'il démissionnait, avec effet immédiat», a déclaré Stéphane Dujarric lors de son point-presse quotidien. L'ONU avait annoncé plus tôt dans la journée que Pierre Krähenbühl avait été suspendu de ses fonctions.

 

 

Son remplaçant par intérim, Christian Saunders, a été nommé par le secrétaire général de l'ONU, a auparavant indiqué l'Unrwa dans un communiqué. Les résultats de l'enquête «ont révélé des problèmes de gestion qui concernent spécifiquement le commissaire général», précise l'agence.

Relation amoureuse

L'AFP s'était procuré une copie du rapport qui décrit comme «crédibles et corroborés» de graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants, dont M. Krähenbühl.

Parmi les accusations figurent celles «d'agissements à caractère sexuel inappropriés, népotisme, représailles, discriminations et autres abus d'autorité, (commis) à des fins personnelles, pour réprimer des divergences d'opinion légitimes», selon le rapport.

Pierre Krähenbühl aurait lui-même noué une relation amoureuse avec sa conseillère principale, nommée en 2015, après un processus de recrutement «extrêmement rapide», précise le document. Cette conseillère aurait ainsi suivi le commissaire général en classe affaires lors de ses déplacements à l'international.

J'ai rejeté toutes les accusations (contre moi) depuis le début et je continue à le faire.
Pierre Krähenbühl, commissaire général de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens

Interrogé mercredi soir au 19.30 de la RTS, Pierre Krähenbühl a estimé que sa démission, six ans jour pour jour après sa nomination, rendait les choses "plus claires", dans "un contexte hyper politisé". "Il fallait un choc psychologique", a-t-il ajouté.

"J'ai rejeté toutes les accusations (contre moi) depuis le début et je continue à le faire", a précisé le Suisse, qui s'est dit "très touché par ces allégations".