Réservé aux abonnés

La mémoire à l’épreuve d‘un nouvel antisémitisme

La violence verbale et l’antisémitisme ne sont plus des cas isolés dans les écoles d’Allemagne. Le phénomène touche tout le pays et surtout des zones marquées par une forte population immigrée.
30 mars 2018, 00:01
/ Màj. le 30 mars 2018 à 00:01
epa02551742 Visitors view the Hall of Names in the Yad Vashem Holocaust memorial in Jerusalem, on the International Holocaust Remembrance Day, on 27 January 2011. The International Holocaust Remembrance Day, commemorates the Jewish people that perished under the Nazi regime. Germany's parliament on Thursday mourned the victims of the Holocaust, with its speaker Norbert Lammert saying the horrors perpetrated by Nazi Germany must never be forgotten.  EPA/OLIVER WEIKEN MIDEAST ISRAEL HOLOCAUST REMEMBRANCE DAY

Dans la cour de l’école primaire Paul Simmel, à Berlin, «toi le Juif» est devenu une insulte. L’établissement, dans le quartier de Tempelhof, n’a pourtant pas l’air d’une zone à problèmes. Le bâtiment gris est posé au milieu de résidences identiques les unes aux autres et l’on peine à trouver un tag au coin de la rue. Mais l’antisémitisme s’y banalise. Les enfants qui la fréquentent sont d’un milieu modeste et 70% sont d’origine étrangère.

Dans les alentours, une mosquée salafiste est sous surveillance des services de renseignements. L’un des parents d’élève de l’école a fini par se plaindre, c...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois