Réservé aux abonnés

La fin violente du traître el-Sadate

03 août 2015, 09:25
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
"Tac, tac." Un coup de feu, un second. Le raïs s'effondre. Quelques secondes auparavant, Anouar el-Sadate lançait un ultime "Impossible, impossible". Ce 6octobre 1981, le président égyptien et ses invités assistent au défilé militaire organisé pour la Fête nationale. Alors que les avions imprègnent le ciel des couleurs nationales, un camion de troupe s'immobilise, un homme en descend. Une panne se dit-on dans le public, la deuxième du défilé. Le président égyptien se lève, il s'attend à recevoir le salut du soldat qui s'avance vers lui. Le lieutenant Istambouli n'en fait rien, il crie puis lan...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois