France: haut fonctionnaire du Sénat arrêté pour soupçons d’espionnage au profit de la Corée du Nord

En France, un administrateur du Sénat est soupçonné d’avoir fourni des informations à la Corée du Nord. Les bureaux du suspect ont été perquisitionnés pour les besoins de l’enquête.
27 nov. 2018, 07:24
/ Màj. le 27 nov. 2018 à 07:20
Le Sénat français pourrait bien cacher un espion pour la Corée du Nord.

Un haut fonctionnaire du Sénat français a été arrêté dimanche par les services de renseignements français pour des soupçons d’espionnage au profit de la Corée du Nord, a-t-on appris lundi de source proche du dossier. Il a été placé en garde à vue.

L’enquête a été ouverte en mars par le parquet de Paris pour «recueil et livraison d’informations à une puissance étrangère susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation», a précisé une source judiciaire.

 

 

Les enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) cherchent à déterminer si le suspect, un des administrateurs de la direction de l’architecture, du patrimoine et des jardins du Sénat, a effectivement «fourni» des informations au régime de Pyongyang, a détaillé la source proche de l’enquête.

Selon l’émission Quotidien, ses bureaux au Sénat ont été perquisitionnés.