Etats-Unis: le "shutdown" se poursuit, toute l'administration américaine paralysée pendant les fêtes

Sans accord sur le budget fédéral, les Etats-Unis se retrouvent une nouvelle fois bloqués par un "shutdown". Il devrait se prolonger et il a des conséquences très concrètes: seuls les fonctionnaires indispensables à la sécurité du pays travaillent encore.
23 déc. 2018, 15:01
/ Màj. le 23 déc. 2018 à 15:00
Comme tous les bâtiments fédéraux, les archives nationales, à Washington, sont fermées.

Les administrations fédérales ont été partiellement fermées pour la deuxième journée consécutive dimanche aux Etats-Unis. Le "shutdown" va se prolonger au-delà de Noël, après l'échec des tractations au Congrès sur le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump.

Le Congrès américain a suspendu samedi les discussions sur un compromis budgétaire permettant de sortir de l'impasse. Aucun vote n'est attendu avant jeudi. Faute de financement du Congrès, de nombreux ministères et agences gouvernementales ont fermé leurs portes samedi matin, laissant environ 800'000 fonctionnaires en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés.

 

 

Le chef de la majorité sénatoriale Mitch McConnell, après avoir annoncé que le Sénat se réunirait de nouveau le 27 décembre, s'est dit "heureux que des discussions productives se poursuivent". "Quand ces négociations produiront une solution acceptable par toutes les parties - ce qui veut dire 60 votes au Sénat, une majorité à la Chambre et une signature présidentielle - alors nous la présenterons en séance", a-t-il ajouté.

"Abandonnez le mur"

M. Trump réclame que le budget de fonctionnement d'une partie de l'administration intègre 5 milliards de dollars pour financer la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, l'un de ses principaux engagements de campagne. Ce que refuse catégoriquement l'opposition démocrate, qui propose une allocation de 1,3 milliard de dollars pour l'amélioration de la sécurité aux frontières.

 

 

"Nous négocions avec les démocrates sur la sécurité aux frontières dont nous avons absolument besoin (gangs, drogues, trafic d'êtres humains et plus) mais ça pourrait durer longtemps", avait prévenu samedi en fin de matinée le président américain. Il a dit qu'il restera à Washington pour Noël au lieu de se rendre dans sa résidence en Floride.

Le patron des sénateurs démocrates Chuck Schumer a rendu l'occupant de la Maison Blanche responsable de la situation. "Si vous voulez ouvrir le gouvernement, abandonnez le mur, purement et simplement", a-t-il dit. Il a fustigé une barrière "chère, inefficace dont la majorité des Américains ne veulent pas".