Réservé aux abonnés

Dans le noir

Pas d'espoir pour une opposition durement réprimée.
02 août 2015, 19:41
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Les tribunaux du Bélarus ont infligé hier jusqu'à 15 jours de détention à près de 600 opposants, menaçant de prononcer des peines allant jusqu'à 15 ans de prison et d'interdire des partis. Ces mesures sont intervenues deux jours après la répression des protestations lors de la présidentielle dimanche. Parmi eux figurent au moins quatre journalistes, a précisé de son côté l'Association des journalistes bélarusses. Vingt-cinq journalistes avaient été interpellés dimanche lors de la manifestation qui a réuni des dizaines de milliers de personnes devant le siège du gouvernement à Minsk et a été vi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois