Réservé aux abonnés

Confrontations sociales en Israël

Alors que la rue grogne, les plus démunis restent oubliés.
03 août 2015, 09:24
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

En France, c'est souvent la rentrée sociale de l'automne qui est chaude. En Israël, c'est l'été 2011 qui a été chaud, avec près d'un demi-million de citoyens descendant dans les rues de douze cités pour protester de manière unanime contre la vie chère, et demander, de manière moins unanime, la démission du gouvernement Netanyahou. Un Comité des affaires sociales dirigé par le professeur Trajtenberg a rendu un rapport ce 26 septembre, et propose - ô surprise - de couper dans le budget de l'Armée pour financer l'éducation et l'emploi.

Nommé par Benjamin Netanyahou, ce comité propose aussi de ne ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an