Australie: Sydney essuie un mois de pluie en moins de deux heures

Il a plu l'équivalent d'un mois de pluie en quelques heures à Sydney mercredi, provoquant le chaos dans le réseau de transports et des inondations. Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées.
28 nov. 2018, 07:08
/ Màj. le 28 nov. 2018 à 07:07
Jusqu'à 106 millimètres de pluie sont tombés alors que la moyenne des précipitations en novembre se situe plutôt autour des 84 millimètres.

Vols annulés, liaisons ferrées coupées, voitures à l'arrêt dans des rues inondées: le chaos régnait mercredi matin à Sydney après des précipitations diluviennes. Certains quartiers ont reçu en quelques heures l'équivalent d'un mois de pluie.

 

 

Les services météorologiques ont indiqué que jusqu'à 106 millimètres de pluie étaient tombés dans certains secteurs, alors que la moyenne des précipitations en novembre sur la plus grande ville australienne est de 84 millimètres.

Une personne a, selon les médias, été tuée dans un accident de la route dû aux conditions météorologiques, et deux pompiers ont été blessés par la chute d'un arbre lors d'une opération de secours, dont une femme qui a eu la jambe brisée.

 

 

Canicule dans le Queensland

"Les conditions que nous connaissons aujourd'hui sont parmi les pires que nous ayons vues, et j'appelle tout le monde, les automobilistes comme les piétons, à faire preuve de la plus grande prudence", a déclaré le commissaire Michael Corby.

Les fournisseurs d'électricité ont indiqué qu'au moins 6000 personnes étaient privées de courant. De nombreux vols ont été annulés ou retardés sur le principal aéroport international de la ville en raison d'appareils bloqués sur le tarmac, alors que des équipes au sol se protégeaient du déluge.

 

 

L'Australie connaît régulièrement des phénomènes climatiques extrêmes, qu'il s'agisse d'inondations, de sécheresses, de tempêtes de sable. Si Sydney est noyé sous les eaux, l'Etat du Queensland, au nord-est, connaît une grave canicule, qui a alimenté des feux de forêt et contraint de nombreux habitants à évacuer.