Afghanistan: au moins 13 morts dans les explosions près de l'aéroport de Kaboul

Deux explosions ont eu lieu à proximité de l'aéroport de Kaboul jeudi après-midi, alors que des milliers de personnes attendent d'être évacuées depuis la prise du pouvoir par les talibans. On dénombre au moins 13 morts.
26 août 2021, 16:01
/ Màj. le 26 août 2021 à 23:58
Les déflagrations ont fait au moins cinq morts et dix blessés, selon AFP.

Deux explosions se sont produites jeudi devant l'aéroport de Kaboul. Elles ont fait au moins 13 morts et 52 blessés, notamment parmi les milliers d'Afghans qui s'y massent depuis des jours dans l'espoir d'être évacués du pays.

Nos informations initiales montrent qu'entre 13 et 20 personnes ont été tuées, et 52 blessées dans les explosions à l'aéroport de Kaboul", a déclaré le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid, qui avait auparavant dit sur Twitter "fermement condamner" ces attaques.



Des soldats américains figurent parmi les victimes, a indiqué le porte-parole du Pentagone John Kirby. Selon le Pentagone, qui a évoqué un "attentat complexe", au moins deux explosions ont eu lieu dans la zone de l'aéroport. Au moins six personnes ont été tuées et une soixantaine d'autres blessées, a annoncé sur Twitter l'hôpital de l'ONG italienne Emergency à Kaboul, qui a reçu une partie des victimes.

A Washington, le président américain Joe Biden est tenu informé des développements après les explosions, selon la Maison Blanche. A Londres, le Premier ministre britannique Boris Johnson a convoqué dans l'après-midi une réunion interministérielle de crise. L'armée britannique participe elle aussi aux évacuations en cours à Kaboul, supervisées par les forces américaines.



Depuis la veille, les Américains et d'autres pays occidentaux avaient averti de la menace sérieuse d'"attentat terroriste" dans la zone de l'aéroport, à l'approche de la date butoir prévue pour le retrait des forces américaines d'Afghanistan, le 31 août, synonyme de départ des forces occidentales et de fin des évacuations en cours.

Haine tenace

Le président Biden avait déjà évoqué mardi la possibilité d'un attentat du groupe djihadiste État Islamique (EI), rival des talibans en Afghanistan ces dernières années. Sous le nom d'ISKP (État islamique Province du Khorasan), l'EI a revendiqué certaines des attaques les plus sanglantes commises ces dernières années en Afghanistan, faisant des centaines de morts.

Il a surtout ciblé les musulmans qu'il considère comme hérétiques, en particulier les chiites. Même s'il s'agit de deux groupes sunnites radicaux, l'EI et les talibans sont en concurrence et sont animés par une haine tenace et réciproqu

par Marie Dorsaz