oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
mardi 24 janvier 2012

Courrier des lecteurs

Votre courrier a bien été envoyé. Il sera publié après validation.

Votre nom *
Votre adresse email *
Votre adresse postale *
NPA / Localité *
 / 
Merci de ne pas remplir ce champ
Sujet *
Titre *
Votre message *
 

 

Sujet :

Un silence écœurant

Ce n’est pas d’un silence assourdissant d’aimer, comme l’aurait dit Louis Aragon, dont je veux parler aujourd’hui, mais du silence écœurant et assourdissant du monde devant les massacres de plus en plus fréquents de chrétiens.

L’information est révélée, mais de manière sommaire, sans émotion, comme si l’on annonçait le temps pour la journée. Personne ne réagit, dénonce, s’insurge. Et si c’est le cas, celui qui ose ouvrir la bouche pour exprimer son inquiétude et sa foi est encore taxé d’intégriste. Quelle honte!

L’Europe renie avec allégresse son héritage chrétien. On aimerait reléguer la foi au rayon des antiquités, comme si celui qui la professait était un être dangereux à mettre en quarantaine. Et tous les prétextes sont bons pour discréditer l’Eglise. Mais n’oublie-t-on pas trop souvent que l’Eglise est là pour être le relais du Christ et de son message d’Amour, de Pardon et de Paix? Certes, les hommes ne sont pas parfaits, des erreurs sont commises, parfois même des crimes, mais tout cela ne doit pas étouffer la bonne nouvelle de la mort et de la résurrection du Christ. Le désespoir n’est pas de mise, ne sera jamais de mise, car en mourant sur la croix et en ressuscitant, le Christ a vaincu une fois pour toutes le mal et la mort.

On ne vit pas la foi seulement à un niveau personnel. Le sort du prochain doit nous importer. Même si le Nigeria, l’Iran, l’Irak, etc. ne sont pas des pays de proximité immédiate, ce n’est pas une raison pour ne pas souffrir avec nos frères persécutés de par le monde. Nous avons cette chance immense de vivre dans un pays démocratique, libre, où chacun vit sa foi à sa guise. Mais dans la majorité des autres pays, ce n’est pas le cas. Nos privilèges ne nous rendent-ils pas aveugles sur la douleur de nos semblables? A force de ne se regarder que le nombril, ne finira-t-il pas par nous exploser à la figure?

L’être humain voudrait se débrouiller par lui-même, se prenant finalement pour un demi-Dieu. On voit tous les jours les résultats d’un tel égocentrisme: crise économique, sociale, familiale et j’en passe… Tant de souffrances dans une attitude comme celle-ci!

Le pape Benoît XVI, que j’aime et admire profondément, nous invite, dans son message de paix du 1er janvier, à considérer 2012 avec une attitude confiante. Je le rejoins en ces vœux et rajoute également qu’il en va de la responsabilité de chacun d’entre nous de faire le choix de devenir des porteurs d’espérance. Nul besoin de vous convaincre que notre monde en a bien besoin!
Florence Saillen, Monthey
» Retour




Archives

Avis de décès

Concours


Le Club