oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
mardi 24 janvier 2012

Courrier des lecteurs

Votre courrier a bien été envoyé. Il sera publié après validation.

Votre nom *
Votre adresse email *
Votre adresse postale *
NPA / Localité *
 / 
Merci de ne pas remplir ce champ
Sujet *
Titre *
Votre message *
 

 

Sujet :

Turbinages à Isérables

L’article paru le 30 décembre dernier dans «Le Nouvelliste» sur ce sujet me paraît tendancieux.

La première question à se poser est: «Veut-on produire de l’électricité ou en consommer pour enneiger un versant plein sud?»

Car il est évident que l’eau prélevée pour les canons à neige est perdue pour les turbinages successifs et pour la livrer comme eau potable aux communes de plaine voisines. Ce qui serait une façon plus sensée d’utiliser une excellente eau potable. Surtout que la production de neige se ferait en période d’étiage. Une décision intelligente eût conduit à dissocier la construction du réservoir de celle pour les canons à neige, ceux-ci ne présentant pas un avantage évident pour la commune et étant assurés du veto du WWF.

Pour comprendre l’acharnement de l’autorité communale d’Isérables en faveur des canons à neige, doit-on se demander qui sont les actionnaires de la S.A. Chalet des Alpes à Prarion?

Pour la desserte du domaine des 4Vallées il y a la piste en amont des écuries supérieures de Balavaux (vers 2100_m), laquelle permet de passer par la partie sud, moins exposée, de l’alpage. Télénendaz avait d’ailleurs mis à l’enquête publique une amélioration de la piste au bas de cette partie sud. Si la piste du sommet n’est plus praticable, cela signifie qu’il n’y a plus de possibilité de skier en dessous de cette altitude.

Pour ce qui est du financement, des habitants d’Isérables s’étaient annoncés pour souscrire une participation, cela leur a été refusé. Pour le surplus, je suppose que les Forces motrices valaisannes seraient intéressées et devraient être prioritaires vu qu’elles possèdent déjà la centrale du Pied-du-Mont à Riddes.

Au final, dans ce conflit, l’Isérablain ne sera qu’un Petit Poucet qui aura voulu jouer au matador.
Victor Favre, Isérables
» Retour




Archives

Avis de décès

Concours


Le Club