oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
vendredi 27 janvier 2012

Courrier des lecteurs

Votre courrier a bien été envoyé. Il sera publié après validation.

Votre nom *
Votre adresse email *
Votre adresse postale *
NPA / Localité *
 / 
Merci de ne pas remplir ce champ
Sujet *
Titre *
Votre message *
 

 

Sujet :

Sauvetage de Novartis: un accord qui viole le principe d’une fiscalité équitable!

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, lorsque la moitié du continent européen était occupé par l’Armée Rouge, la stabilité des démocraties occidentales avait pu être assurée, entre autres, par une fiscalité équitable. Après la chute du Mur de Berlin et celle de l’Union Soviétique, une vaste offensive contre l’équité fiscale a été orchestrée par les milieux économiques, en Europe et aux Etats-Unis. Concurrence fiscale, rabais fiscaux aux entreprises, évasion de capitaux vers les paradis fiscaux et le secret bancaire sont les outils du XXIe siècle qui sont entrain de détruire les démocraties occidentales pour les remplacer par la dictature des marchés financiers! L’avidité de l’économie néolibérale a provoqué la plus grave crise de l’après-guerre et pourrait bien faire éclater la zone Euro. C’est dans ce contexte particulièrement défavorable, que le personnel de Novartis a réussi à sauver l’essentiel, ses places de travail! Mais l’accord de Prangins, convenu entre le Conseil d’Etat vaudois et la direction de Novartis, est une étape de plus vers le chantage à la délocalisation; vaste mouvement de désindustrialisation du continent européen vers les pays à bas salaires, comme la Chine, l’Inde et le Brésil par exemple. Je ne partage pas l’euphorie des autorités, de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, ainsi que celle du Centre patronal vaudois. Quel avenir préparent-ils pour celles et ceux qui n’ont pas la chance de profiter d’une situation de cadre dans l’économie vaudoise?

L’affaire Hildebrand nous apprend que ce couple aisé n’a payé que 20'000 francs d’impôts pour l’année fiscale 2009, alors que la plus grande partie de la classe moyenne vaudoise s’acquitte d’un montant bien plus élevé chaque année. Enfin comme citoyen-contribuable, qui devra prochainement assumer la fastidieuse corvée de remplir ma déclaration d’impôt, je pourrais, peut-être, réfléchir à la manière de réduire mon assiette fiscale en me délocalisant en Valais ou dans le canton de Fribourg!
Jean-Claude Cochard, Les Avants
» Retour




Archives

Avis de décès

Concours


Le Club