oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
mardi 24 janvier 2012

Courrier des lecteurs

Votre courrier a bien été envoyé. Il sera publié après validation.

Votre nom *
Votre adresse email *
Votre adresse postale *
NPA / Localité *
 / 
Merci de ne pas remplir ce champ
Sujet *
Titre *
Votre message *
 

 

Sujet :

3e correction du Rhône: Cartes sur table s.v.p

L’on peut considérer avec curiosité, pour ne pas dire avec surprise, la méthode d’application du principe de coordination des procédures suivie par les projeteurs de la 3e correction du Rhône.

C’est en tout cas ce qui ressort de la documentation adressée au grand public sur joli papier.

Dans l’esprit des Valaisans qui ont du bon sens, le Rhône est la plus grande source d’énergie renouvelable du canton. Je dis bien du canton et non des communes.

Or il apparaît qu’à l’exception de la zone frontalière où le bon sens vaudois (Massongex-Bex) leur vient au secours, nos projeteurs valaisans n’intègrent pas la valorisation énergétique du Rhône dans le projet présenté à la population.

La méthode de conduite d’un projet de cette ampleur et de cette durée doit intégrer, dès le départ, toutes ses composantes. Ce pour des motifs évidents d’économie et de rationalité qui tombent sous le sens. C’est dès le départ qu’il faut adapter les niveaux des digues et intégrer les barrages transversaux dans le concept de sécurité de l’écoulement.

S’imaginer jouer l’acceptation du projet par la tactique du salami sans coordination procédurale et financière n’est pas seulement une erreur mais une imposture.

Il suffira, pour faire obstacle au projet partiel portant sur la correction, que les recours invoquent l’absence de coordination des procédures et de planification globale incluant la valorisation énergétique. Après l’option d’abandon du nucléaire, la valorisation énergétique du Rhône est une nécessité stratégique inéluctable. Une obligation.

Et il ne s’agit pas de tarder. Je laisse aux spécialistes le soin de calculer l’incidence énergétique et financière annuelle d’une non-mise en production de l’énergie du Rhône de même que l’incidence financière d’une réalisation a posteriori des travaux énergétiques après réalisation de travaux de sécurisation de l’écoulement.

Il est encore assez tôt pour penser globalement et jouer cartes sur table devant le peuple.
Wolfgang Guerraty, Sion
» Retour




Archives

Avis de décès

Concours

E-paper

Le Club