Réservé aux abonnés

Dans le village aux deux édiles

Reportage à cheval entre le Valais et la Haute-Savoie, où la frontière s'efface dans les coeurs mais se dresse sur le papier...
05 sept. 2012, 00:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_1051018.jpg

Sacha Bittel

Ils le précisent d'emblée. A Saint-Gingolph, la frontière a beau couler avec les eaux de la Morge au plein milieu du village: elle n'existe pas. "Ici, on est gingolais avant d'être suisse ou français" , clament d'une seule voix les deux édiles de la bourgade logée entre les Alpes et le Léman, entre le Valais et la Haute-Savoie.

Il faut un certain sens de l'équilibre pour vivre sur une limite sans la voir. Si c'est en terre suisse, dans le fief de Bertrand Duchoud, que se déroule l'entretien, ce n'est pas le signe d'une préférence. A Saint-Gingolph, on ne penche pas d'un côté ou...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois