Réservé aux abonnés

L’Italie reste au chevet de ses banques malades

Après avoir organisé le sauvetage de la banque Monte Paschi di Siena, Rome va devoir plancher sur d’autres dossiers bancaires brûlants.
31 déc. 2016, 10:54
/ Màj. le 31 déc. 2016 à 00:01
An external view of a Monte Dei Paschi di Siena bank branch in Milan, Italy, Wednesday, May 9, 2012.  Shares of the Italian bank Monte dei Paschi di Siena have tumbled after financial police searched its offices in connection with a market rigging probe in the 2007 acquisition of Banca Antonveneta SpA. (AP Photo/Luca Bruno) ITALIEN BANK MONTE DEI PASCHI DI SIENA

L’addition est sacrément salée, car pour éviter une crise du système bancaire et des retombées en cascade sur la zone euro, Rome a dû creuser sa dette publique. Afin de résoudre la question des instituts de crédits les plus à risque, le parlement a autorisé, à la veille de Noël, une augmentation de 20 milliards d’euros de la dette publique italienne, déjà explosive puisqu’elle représente 132,7% du PIB.

Cette opération va d’abord favoriser la plus vieille banque du monde, l’institut Monte Paschi di Siena (MPS), placée en tête dans le peloton des mauvais élèves et qui va bénéficier d’une envelo...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois