Deux astrophysiciens romands, Michel Mayor et Didier Queloz, remportent le Prix Nobel de physique

Deux ans après Jacques Dubochet et son Nobel de chimie, la recherche scientifique romande est une nouvelle fois mise en avant par la prestigieuse académie suédoise. Le Vaudois Michel Mayor et le Genevois Didier Queloz sont primés pour la découverte, en 1995, de la toute première exoplanète.
08 oct. 2019, 11:58
/ Màj. le 08 oct. 2019 à 13:52
Didier Queloz et Michel Mayor, les deux astronomes genevois sur le toit du monde scientifique (archives).

Le Prix Nobel de physique a été décerné mardi conjointement aux astrophysiciens genevois Michel Mayor et Didier Queloz ainsi qu'au Canado-Américain James Peebles. Ils sont distingués pour leur contribution à la compréhension de l'évolution de l'univers.

 

 

Le prix total – 900’000 francs environ – va "pour moitié à James Peebles pour des découvertes théoriques en cosmologie physique et pour l'autre moitié conjointement à Michel Mayor et Didier Queloz pour la découverte d'une exoplanète en orbite autour d'une étoile de type solaire", a annoncé Göran Hansson, secrétaire général de l'Académie royale des sciences de Suède.

 

 

Le Vaudois Michel Mayor, 77 ans, de l'observatoire de Genève, a découvert en 1995 la première exoplanète. Didier Queloz, 53 ans, était alors son doctorant.

 

 

 

Les deux chercheurs ont prouvé pour la première fois l'existence d'une planète extrasolaire gravitant autour d'une étoile semblable au soleil. Depuis, plus d'un millier de ces planètes ont été repérées, nombre d'entre elles par M. Mayor et son équipe.

"Les lauréats de cette année ont contribué à répondre à des questions existentielles fondamentales", a ajouté l'Académie.

Le dernier lauréat suisse remontait à 1987: il s'agissait du Bâlois Karl Alexander Müller pour ses travaux sur les supraconducteurs à haute température.

Les réactions en Suisse

"Cette découverte est la plus excitante de toute notre carrière, et qu'elle soit récompensée par un Prix Nobel, c'est tout simplement extraordinaire", ont réagi Michel Mayor et Didier Queloz, cités dans un communiqué de l'Université de Genève. Les deux lauréats du Prix Nobel de physique sont actuellement à l'étranger.

Il y a 24 ans, personne ne savait si les exoplanètes existaient ou non.
Michel Mayor, astrophysicien à l’Université de Genève

Pour l'Université de Genève, la joie est également énorme. "C'est une fantastique reconnaissance du travail accompli par Michel Mayor et Didier Queloz", a fait savoir le recteur de l'UNIGE Yves Flückiger. "C'est une nouvelle formidable pour notre Université, pour Genève et pour toute la Suisse", a-t-il ajouté.

Les deux astronomes ont repéré, il y a 24 ans, une planète située en dehors du système solaire. "Personne ne savait si les exoplanètes existaient ou non", souligne Michel Mayor dans le communiqué de l'UNIGE. La traque était lancée depuis un moment. "Des astronomes prestigieux les cherchaient depuis des années, en vain".

 

 

Dans un tweet, le conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR), a félicité les deux lauréats. "La Suisse reste la nation indispensable lorsqu'il s'agit de recherche scientifique de pointe", a souligné le Vaudois.

par Olivier Hugon