FC Sion
 19.05.2017, 00:01  

Rendez-vous à Genève

Abonnés
chargement
Akolo a pris de vitesse la défense  bâloise pour inscrire la première  égalisation valaisanne.

 19.05.2017, 00:01   Rendez-vous à Genève

Sion arrache l’égalisation à l’ultime seconde du temps additionnel avant les retouvailles jeudi en finale de la Coupe (2-2).

Le FC Sion quitte le stade Saint-Jacques accroché à son troisième rang au classement. L’équipe valaisanne rapatrie un point capital de son déplacement bâlois (2-2). Plus que des projections sur l’impact de cette confrontation à sept jours des retrouvailles programmées pour la finale de la Coupe de Suisse, Sébastien Fournier retient les deux points qui séparent encore son...

Le FC Sion quitte le stade Saint-Jacques accroché à son troisième rang au classement. L’équipe valaisanne rapatrie un point capital de son déplacement bâlois (2-2). Plus que des projections sur l’impact de cette confrontation à sept jours des retrouvailles programmées pour la finale de la Coupe de Suisse, Sébastien Fournier retient les deux points qui séparent encore son équipe du menaçant retour luganais. «Nos perspectives sont différentes de celles du FC Bâle, nous avons d’autres préoccupations comme la défense de cette troisième place, commente l’entraîneur de la formation sédunoise. Nous penserons à la Coupe à partir de lundi. Auparavant, nous avons un match capital face à Lucerne.»

Si la chronologie de l’égalisation de Kevin Constant, sa demi-volée catapulte le ballon dans les filets bâlois à l’ultime seconde du temps additionnel, incite le technicien nendard à qualifier cette parité de «chanceuse», le visiteur ne vole rien. Il consent les efforts nécessaires pour priver le champion en série d’un avantage plus considérable malgré une domination constante.

«Ce Bâle est plus fort qu’en 2015»

«Les points positifs sont nombreux. La performance de Constant, un but et un gros match, en est une. La première de Quentin Maceiras aussi. Nous essayons d’être solides, mais l’équipe a quand même évolué trop bas en première mi-temps. Pourquoi? Je ne sais pas. Nous avons pu corriger un peu cette approche à la mi-temps. Il faut aller les gêner plus haut, dès le départ du ballon. Si tu les laisses partir depuis derrière, ils sont très forts pour amener le ballon sur les côtés et centrer devant le but.» Marc Janko souligne cette force lors de l’ouverture de la marque (33e). La formation sédunoise réplique par un mouvement remarquablement dessiné des pieds de Geoffrey Bia et de Moussa Konaté jusqu’à la conclusion de Chadrak Akolo (39e).

Le ballon perdu par Bruno Morgado aurait pu crucifier les Valaisans (88e). «Je suis triste pour lui, mais Kevin a tout de suite été vers lui après son but. J’ai vu un groupe qui s’est engagé ensemble, qui travaillait en équipe. Nous manquons encore de percussion devant.»

Dès dimanche face à Lucerne, Vero Salatic et Nicolas Lüchinger seront disponibles. Daniel Follonier et Birama Ndoye reprennent les entraînements aujourd’hui. «Pour Carlitos, c’est plus serré. Il faudra faire un test avec lui mardi ou mercredi. La décision pour Reto Ziegler dépend toujours des médecins.» Même si la finale répondra à d’autres critères, Sébastien Fournier rappelle que «le FC Bâle de 2017 n’a rien à avoir avec celui d’il y a deux ans. Il évolue dans une dimension supérieure.»

Une autre manière de fixer rendez-vous au champion en titre dans six jours à Genève.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top