FC Sion
 12.05.2017, 00:01  

«Mieux qu’un tour du monde»

Abonnés
chargement
Mike et Carole posent devant le camion qui les mènera au bout du monde.

 12.05.2017, 00:01   «Mieux qu’un tour du monde»

FC SION - Mike Archimi et Carole Arlettaz ont retardé leur voyage à travers le monde afin de pouvoir suivre la finale.

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour suivre le FC Sion en finale? Si certains déplacent des dîners de famille, un petit week-end ou une autre sortie prévue depuis quelque temps déjà, eux ont encore fait plus fort: ils n’ont pas hésité à retarder leur voyage en camion autour du monde, dont le départ avait initialement été fixé à début...

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour suivre le FC Sion en finale? Si certains déplacent des dîners de famille, un petit week-end ou une autre sortie prévue depuis quelque temps déjà, eux ont encore fait plus fort: ils n’ont pas hésité à retarder leur voyage en camion autour du monde, dont le départ avait initialement été fixé à début mai. «Disons que c’est plutôt moi qui ai voulu déplacer le départ, mon amie n’étant pas forcément une fan de football. On partira donc au début du mois de juin», sourit Mike Archimi, Valaisan originaire de Bramois mais établi sur les hauts de Vevey. «En fait, elle n’a pas eu le choix. Quand j’ai appris que Sion allait disputer sa quatorzième finale, j’ai tout de suite averti Carole (ndlr: Arlettaz, sa compagne) qu’on partirait plus tard. Elle a respecté cette décision.» A Genève, Mike Archimi pourra donc vivre une cinquième finale de suite. «Peu importe où elle se joue, à Berne ou à Bâle, on se croirait à chaque fois en Valais tant on ne voit que des drapeaux et écharpes aux couleurs valaisannes. En 2015, j’en avais eu la chair de poule durant toute la rencontre.»

Membre d’un groupe de supporters

Avant de visiter l’Europe, l’Eurasie, la Chine, l’Australie et l’Amérique à bord d’un camion durant trois ans en binôme, Mike Archimi visitera Genève. «Et une nouvelle fois, on sera comme à la maison», pronostique celui qui, il y a quelques années, ne manquait pas un seul match du FC Sion. «Il y a une époque, durant trois saisons environ, où j’ai effectivement assisté à toutes les parties, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Je faisais d’ailleurs partie d’un groupe de supporters qui n’existe plus aujourd’hui mais dont le noyau se retrouve encore assez régulièrement», explique-t-il. Au fil des années, Mike Archimi ne parvenait plus à concilier sa passion avec le quotidien. «Dès qu’on s’investit dans une vie de couple et de famille, ça devient plus délicat. Sans oublier que le travail prend beaucoup de temps aussi», reprend celui qui s’occupait d’un garage à Fribourg. «J’étais pris les week-ends et les soirs. Or c’est là que se jouent les matchs.» Aujourd’hui, il n’effectue plus que les déplacements importants. La finale en fait évidemment partie. Une fois la quatorzième derrière lui, Mike Archimi et son amie originaire de Bovernier partiront pour l’aventure. «Même si l’on ne voyagera pas pour une association, on est quand même deux personnes relativement sensibles et l’on aidera autant que possible les gens que l’on rencontrera durant ces prochains mois. Tout en véhiculant l’image du Valais à travers le monde.»gc


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top