FC Sion
 13.05.2017, 00:01  

«Je suis trop passionné du FC Sion, du Valais et du fendant»

Abonnés
chargement
Christian Pitteloud, avec le maillot d’Emanuele Di Zenzo porté en finale  de la Coupe 2006, présente l’un de ses tableaux à la gloire du FC Sion.

 13.05.2017, 00:01   «Je suis trop passionné du FC Sion, du Valais et du fendant»

FC SION - Etabli à La Chaux-de-Fonds, Christian Pitteloud se prépare pour sa treizième finale de Coupe.

Christian Pitteloud se prépare pour sa treizième finale de Coupe de Suisse sous le maillot du FC Sion. Dans les tribunes, mais avec les couleurs du club tatouées sur son bras droit. Seule la première conquise en 1965 échappe à son palmarès. «Sandy, mon épouse, m’a fait la surprise de m’offrir un abonnement pour la saison prochaine afin...

Christian Pitteloud se prépare pour sa treizième finale de Coupe de Suisse sous le maillot du FC Sion. Dans les tribunes, mais avec les couleurs du club tatouées sur son bras droit. Seule la première conquise en 1965 échappe à son palmarès. «Sandy, mon épouse, m’a fait la surprise de m’offrir un abonnement pour la saison prochaine afin d’obtenir deux billets pour le match, explique-t-il. J’ai appelé Christian Constantin, il m’a demandé si j’avais souscrit l’abo. J’ai répondu oui, il m’a dit que c’était OK. J’espère qu’il n’oubliera pas de me les envoyer.» Le résident de La Chaux-de-Fonds mise sur le président du FC Sion pour éviter l’infidélité au rendez-vous de Genève. Seul l’épisode initial de l’histoire, en 1965, a échappé à son indéfectible passion née quelques années après ce premier trophée. «Nous habitions une maison reprise ensuite par la famille de Jean-Luc Lipawsky, se souvient l’enfant de Vex. Il m’a emmené au match alors qu’il était encore gardien du FC Sion. C’était contre Lucerne à Tourbillon. Il y avait encore Schaller ou Pillet comme joueur.» Le virus frappe à dose massive. «Il y a 25 ans, j’ai quitté le Valais pour fonder une famille. J’étais trop amoureux du FC Sion, du canton et du fendant. Sandy m’a donné quatre enfants magnifiques. La distance ne m’a jamais éloigné du club.»

Plus de 50 maillots

Une épouse très compréhensive lui permet d’assouvir sa passion. «Elle m’a toujours soutenu, elle prépare mon sac pour le déplacement du week-end. Elle regarde tous les matchs à la télévision.»

Le Chaux-de-Fonnier d’adoption voyage par le rail depuis plus de vingt-cinq ans par amour du FC Sion «Même en Challenge League, je n’ai pas renoncé à suivre l’équipe. Je suis prêt à ajouter la quatorzième étoile sur le drapeau valaisan. Mon meilleur souvenir de Coupe reste celle de 1991 avec les deux jeunes, Orlando et Rey, qui marquent contre YB.» Joueurs, entraîneurs ou dirigeants, Christian Pitteloud en a côtoyés des dizaines. Ou plus. «J’ai plus de cinquante maillots donnés par les joueurs à la maison. Christian Constantin est déjà venu chez moi. Je suis à 200% derrière lui. J’apprécie son engagement et sa gentillesse. Il m’a surpris en changeant d’entraîneur. Zeidler a quand même conduit l’équipe de la dernière à la troisième place et il l’a qualifiée pour la finale. Nous la gagnerons avec Sébastien.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top