FC Sion
 18.05.2017, 00:01  

100% Lucernois, 100% supporteur du FC Sion

Abonnés
chargement
Tout Lucernois qu’il est, Christian Brunner n’hésite pas à afficher  les couleurs du FC Sion.

 18.05.2017, 00:01   100% Lucernois, 100% supporteur du FC Sion

Par grégory cassaz

FC SION - Christian Brunner a su qu’il allait porter les Sédunois dans son cœur depuis la première fois qu’il les a vus jouer.

Il aurait pu suivre les traces de son père, fidèle supporter du FC Lucerne. Mais quand son paternel l’a emmené pour la première fois au stade, Christian Brunner a tout de suite compris qu’il ne porterait jamais le club de son canton d’origine dans son cœur. Un seul...

Il aurait pu suivre les traces de son père, fidèle supporter du FC Lucerne. Mais quand son paternel l’a emmené pour la première fois au stade, Christian Brunner a tout de suite compris qu’il ne porterait jamais le club de son canton d’origine dans son cœur. Un seul match a suffi à ce jeune, aujourd’hui âgé de 21 ans, pour comprendre que c’est pour l’autre équipe, celle qui se trouvait face aux Lucernois, qu’il allait supporter le restant de sa vie. L’adversaire de Lucerne ce 14 octobre 2006? Le FC Sion, qui était venu partager l’enjeu à l’Allmend 1-1 grâce à la première réussite de Gelson Fernandes en championnat. «Je n’ai pas hésité un seul instant. Tout me plaisait: la façon de jouer de cette équipe, et plus spécialement son jeu en triangulation, sa volonté de toujours jouer au sol, mais aussi ses supporters: je me rappelle qu’on entendait presque qu’eux lors de cette rencontre.»

Nonante minutes ont donc suffi à Christian Brunner pour choisir son camp. Quelques semaines suivront avant qu’il n’effectue son premier déplacement à Tourbillon. Un déplacement qui est devenu une habitude pour celui qui assiste désormais à un match sur deux du FC Sion à domicile. «Le samedi, c’est compliqué à cause de l’horaire des matchs», regrette celui qui effectue le voyage en Valais en train le même jour. «Deux heures quinze à l’aller, un temps identique pour le retour», sourit-il. Pour Christian Brunner, suivre le FC Sion à l’extérieur est encore plus simple. «La plupart des déplacements sont relativement proches pour moi, que ce soit à Bâle, Zurich, Berne, et, évidemment Lucerne.»

Un fidèle du gradin nord et un amoureux de son ambiance

Quand il débarque à Sion, pas question pour lui de suivre son équipe des tribunes. «Je me rends toujours dans le gradin nord. Les supporters y mettent à chaque fois une bonne ambiance.» Christian Brunner y tient désormais ses habitudes. «J’ai appris à connaître beaucoup de monde. On s’apprécie vraiment. En plus du match, on partage aussi des moments avant et après. Ces instants passés à boire un verre ensemble ou à partager une raclette me plaisent énormément.»

Il est parvenu à convaincre sa copine

Aujourd’hui, seul compte le FC Sion pour ce jeune homme 100% lucernois, mais certainement adopté par les fans sédunois. «Même si beaucoup de clubs de Suisse se trouvent plus proche de Lucerne, je ne tiens que pour Sion. Le reste ne m’intéresse pas.» Si, depuis le temps, il n’a pas réussi à faire changer d’avis son papa, toujours fan inconditionnel de la formation lucernoise, il est une autre qui le suit désormais. «Depuis quelque temps, ma copine, qui soutenait le FCL, est désormais également fan du FCSion», se réjouit le jeune homme. Sa prochaine volonté? Suivre une finale de son club de cœur sur place. «Je n’en ai jamais eu l’occasion. Et cette année, même si je vais encore essayer d’obtenir un ticket, ce sera difficile vu le contingent attribué par l’Association suisse de football.» Présent ou pas à Genève, Christian Brunner suivra de près le FC Sion. Son FC Sion.

grégory cassaz


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top