Elections cantonales 2017
 08.03.2017, 16:11  

Le mouvement "Coupons-lui la voie" relance un appel en vue du second tour de l'élection au Conseil d'Etat

chargement
Les visages du mouvement "Coupons-lui la voie": Christian Burri, Gilles Brunner, Stephane Andereggen, Estelle Borel, Eric Morisod et Maryline Morard.

Mouvement citoyen - En vue du 2e tour des élections au Conseil d’Etat, le collectif citoyen « Coupons-lui la voie » relance la machine. Il appelle les électeurs de tous les partis à voter pour les concurrents les plus directs à Oskar Freysinger : Esther Waeber-Kalbermatten, Stéphane Rossini et Frédéric Favre.

Fier de ce premier succès, le collectif appelle les citoyens valaisans à continuer leur mobilisation. Leur objectif n’a pas changé : couper la voie au conseiller d’Etat UDC. « Oskar Freysinger a été ébranlé au premier tour par une mobilisation citoyenne inédite qui sanctionne par les urnes son travail de ministre » a annoncé ce mercredi matin le collectif dans un communiqué. « Le mouvement appelle les électeurs de tous les partis à voter et à inscrire 5 candidats sur les bulletins. Pour maximiser les chances de non-réélection de M. Freysinger, il est impératif d’inscrire ses 3 concurrents les plus directs, à savoir: Mme Esther Waeber-Kalbermatten, Stéphane Rossini et Frédéric Favre ».

Premier succès

Pour Christian Burri, l’un des initiateurs du mouvement, les premières mobilisations citoyennes ont eu les effets escomptés. « On nous a dit que ça ne servait à rien et qu’attaquer frontalement le bilan du ministre le renforcerait. Force est de constater que de nombreux foyers valaisans s’indignent profondément de sa manière de gérer les affaires de l’Etat ». Le second initiateur, Gilles Brunner, craint une forte mobilisation du parti agrarien. « L’électorat UDC va se mobiliser pour ce deuxième tour. Il faut que tous les citoyens et citoyennes poursuivent cette mobilisation et votent “utile” afin d’atteindre le retour de la sérénité au Conseil d’Etat ».

Pour rappel, plus de 600 citoyens ont versé en moyenne 70 CHF pour soutenir ce premier projet valaisan de financement participatif non partisan.


Top