06.10.2017, 05:30  

Sion: un chamois vit sur la colline du château de Tourbillon

Abonnés
chargement
Le chamois a été pris en photo plusieurs fois par les employés du cimetière ou du centre funéraire sédunois.

 06.10.2017, 05:30   Sion: un chamois vit sur la colline du château de Tourbillon

Insolite - C'est plutôt insolite comme habitat. Un chamois a élu domicile sur la colline du château de Tourbillon depuis le mois de mars.

Il a deux ans et demi et aime contempler la ville de Sion depuis son château. Un territoire pour le moins surprenant pour un chamois, puisqu’il vit sur la colline de Tourbillon à Sion. C’est la première fois qu’un bouc y est établi, selon les experts de gibier. Installé depuis le printemps dernier, il y trouve suffisamment de nourriture.

«C’est assez étonnant qu’il soit arrivé là,...

Il a deux ans et demi et aime contempler la ville de Sion depuis son château. Un territoire pour le moins surprenant pour un chamois, puisqu’il vit sur la colline de Tourbillon à Sion. C’est la première fois qu’un bouc y est établi, selon les experts de gibier. Installé depuis le printemps dernier, il y trouve suffisamment de nourriture.

«C’est assez étonnant qu’il soit arrivé là, puisqu’il a dû traverser une zone urbaine pour s’y installer. C’est moins rare de croiser des chevreuils par contre», relève Yvon Crettenand, biologiste au Service de la chasse du canton. 

>> A lire aussi: Animaux: une jeune macaque en mal de maternité adopte un poulet

Ce n’est en revanche pas exceptionnel de croiser ces caprinés non loin de la plaine. «Sur les bas coteaux à Vétroz ou à Bieudron, on en voit régulièrement, mais c’est vrai qu’il y a de la forêt à proximité. On en voit aussi facilement au château de la Bâtiaz à Martigny», explique Frank Udry, garde-chasse chargé de la surveillance de la zone. 

«On le voit plusieurs fois par semaine»

Pour l’apercevoir, il faut se lever tôt ou observer à la tombée du jour. Les employés du cimetière de Platta sont en première ligne. «On le voit plusieurs fois par semaine. Il y a certains couloirs ou points visibles où il a ses habitudes», explique Frédéric Imstepf, l’un d’eux. Pour ce dernier, le chamois ne semble pas perturbé par son habitat plutôt urbain. «Il n’y a presque pas de promeneurs du côté nord, donc il peut se balader tranquillement sans crainte.» 

>> A lire aussi: Vex: un python royal découvert sur une place de jeux

«Le Nouvelliste» a tenté de le repérer ce lundi. Les journalistes l’ont vu quelques secondes sans pouvoir le photographier de bon matin. Un peu normal si l’on sait qu’un chamois peut voir un mouvement ou sentir un intrus à 500 mètres. Comme pour toute faune sauvage, il est recommandé de ne pas le perturber. 

 

Jusqu'à quand va-t-il rester là?

Arrivé au mois de mars, le chamois de Tourbillon semble avoir trouvé son nid douillet. S’il n’est pas rare de croiser des mâles ou des femelles seuls durant la saison estivale, ils se rejoignent normalement dès la fin du mois d’octobre pour le rut. Si le bouc sédunois est un peu jeune pour que ses hormones se mettent en branle, doit-on néanmoins s’attendre à ce qu’il quitte son territoire bientôt? «C’est impossible à dire. Il pourrait aussi se sentir très bien là et ne pas ressentir le besoin de partir», remarque Frank Udry, le garde-chasse chargé de cette zone. 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top