06.10.2017, 00:01  

Sierreroule n’existera plus en 2018

Abonnés
chargement
La ville de Sierre va opter pour un concept avec plusieurs stations.

 06.10.2017, 00:01   Sierreroule n’existera plus en 2018

SIERRE - L’infrastructure sierroise va disparaître réduisant l’offre de Valaisroule à quatorze stations à partir de l’année prochaine.

Il ne sera plus possible d’emprunter gratuitement un vélo de Sierreroule dans la Cité du Soleil en 2018. «C’est un coup dur pour nous», regrette le responsable de projet Valaisroule, Alain Glassey. «Nous n’aurons plus aucune station entre Sion et Loèche.» Pour pallier ce manque, le responsable espère collaborer avec «de plus petites entités». Le nom de Saint-...

Il ne sera plus possible d’emprunter gratuitement un vélo de Sierreroule dans la Cité du Soleil en 2018. «C’est un coup dur pour nous», regrette le responsable de projet Valaisroule, Alain Glassey. «Nous n’aurons plus aucune station entre Sion et Loèche.» Pour pallier ce manque, le responsable espère collaborer avec «de plus petites entités». Le nom de Saint- Léonard a été évoqué, mais Alain Glassey rappelle qu’aucune discussion n’a encore été faite. Il y aurait également d’éventuels embryons de pistes du côté de la Riviera vaudoise, notamment à Montreux. Pour l’heure, il existe quinze stations (en comptabilisant Sierre) en Valais.

Si, selon Valaisroule, l’infrastructure sierroise est l’une des plus fréquentées (environ 1200 utilisateurs par année), le président de la commune, Pierre Berthod, motive cette décision par la volonté de diversifier les points de location. «Nous changeons de prestataire pour nous diriger vers un concept qui va servir aux habitants et aux touristes.» Par concept, le chef de l’exécutif entend «ne plus avoir qu’une seule station, mais plusieurs points clés répartis dans la ville».

Alain Glassey s’est dit «surpris» de ne pas avoir pu dialoguer avec les autorités et déplore «la perte de deux postes en activité six mois par année». Valaisroule collabore avec des demandeurs d’emploi longue durée pour les réinsérer dans le marché du travail. dimitri mathey


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top