20.05.2017, 00:01  

Ils se mettent à l’unisson

Abonnés
chargement
Pierre Christian de Roten, Jean-Frédéric Jauslin,  Chantal Balet, Olivier Vocat et Aurélien d’Andrès  sont ravis de présenter un produit fini.

 20.05.2017, 00:01   Ils se mettent à l’unisson

Par noémie fournier

Le Sion Festival, l’Académie de musique et le Concours international Tibor Varga ont fusionné. La logistique sera ainsi simplifiée.

«La musique se partage.» Le Sion Festival, l’Académie de musique et le Concours international de violon Tibor Varga ont décidé de prendre le dicton de Bernstein au pied de la lettre en fusionnant. La nouvelle fondation Sion Violon Musique sera désormais le socle commun aux trois événements qui gardent toutefois leur indépendance artistique.

Les tensions apaisées

L’heure est la fête...

«La musique se partage.» Le Sion Festival, l’Académie de musique et le Concours international de violon Tibor Varga ont décidé de prendre le dicton de Bernstein au pied de la lettre en fusionnant. La nouvelle fondation Sion Violon Musique sera désormais le socle commun aux trois événements qui gardent toutefois leur indépendance artistique.

Les tensions apaisées

L’heure est la fête pour la scène musicale classique sédunoise. Après une période de turbulences dans les années 2000, les relations entre le Sion Festival, l’Académie de musique Tibor Varga et le Concours international de violon Tibor Varga se sont apaisées. «Les scissions sont incompatibles à la pratique culturelle», lâche le directeur de l’HEMU Aurélien d’Andrès, futur membre du conseil de Sion Violon Musique, la fondation née de cette fusion administrative. «Voilà cinq ans que nous voulions nous remettre ensemble», souligne Chantal Balet, présidente démissionnaire du Sion Festival. Depuis lors, de multiples collaborations ponctuelles se sont opérées sans faire le pas cependant d’un partenariat officiel.

Il y a deux ans, la présidente du Sion Festival et Pierre Christian de Roten, président de la fondation de l’Académie de musique Tibor Varga, abordent ouvertement la question d’un rapprochement. «On nous a dit hors de question de se rapprocher, il faut fusionner», se souvient Chantal Balet. Tous partagent en effet la volonté de profiter des compétences des uns et des autres. «Nous avons les mêmes problèmes, la même logistique, les mêmes sponsors et parfois les mêmes personnes actives dans nos événements», poursuit Chantal Balet. Mener trois fois les mêmes discussions était une perte de temps et d’énergie. «Notre démarche entend rationaliser les efforts et économiser les forces grâce à un socle plus solide», résume alors Aurélien d’Andrès.

Jean-Frédéric Jauslin à la présidence

La fondation Sion Violon Musique est composée du directeur général du Sion Festival, Olivier Vocat, qui occupera désormais le siège de délégué général. Quant au poste de président, il revient à Jean-Frédéric Jauslin, ancien directeur de l’Office fédéral de la culture, ambassadeur de Suisse auprès de l’UNESCO et de l’Organisation internationale de la francophonie. L’homme quittera cette fonction au mois d’août. «J’ai de la peine à renier mon intérêt pour la culture, sourit le Neuchâtelois. Le défi qui nous attend n’est pas mince mais j’ai remarqué que la motivation est bien souvent le principal et unique moteur.»

Etranger aux tensions passées ainsi qu’aux préjugés qui les accompagnent, l’ancien directeur de la Bibliothèque nationale espère instaurer une nouvelle dynamique. «Dans un premier temps, nous ne voulons pas dénaturer le caractère de chaque unité mais tirer des synergies naturelles», explique-t-il, et faire que chaque événement profite à l’autre.

Trois événements inchangés

Pour le mélomane par contre, cette fusion n’aura aucune conséquence puisque les trois événements demeurent inchangés. «Cette nouvelle structure simplifie surtout l’organisation, clarifie Aurélien d’Andrès. Et cela démontre de nos efforts à gagner en crédibilité et en lisibilité auprès du public.» Quant à Pierre Christian de Roten, il estime que cet acte permettra d’enflammer à nouveau les foules, attendues cet été à l’occasion des trois rendez-vous.

Trois moments qui seront à l’image de la nouvelle fondation, Sion pour la localisation, Violon pour l’instrument phare et la Musique en trait d’union. «Nous n’avons pas spécifié qu’il s’agit de musique classique pour à l’avenir peut-être, laisser place à d’autres genres», confie un comité qui partage les traits de cette nouvelle structure, passionnée, optimiste, sereine.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top