04.10.2017, 17:00  

Une vigne en partie dépouillée à Martigny

Abonnés
chargement
Vincent Carron pose dans la parcelle où ont été dérobés 400 kilos de raisins.

 04.10.2017, 15:40   Une vigne en partie dépouillée à Martigny

Vendanges Quatre cents kilos de raisins ont été dérobés sur une vigne de la Cave du Chavalard. Un affront pour son fondateur et ancien directeur Vincent Carron.

Le fondateur et ancien directeur de la Cave du Chavalard de Fully, Vincent Carron, ne mâche pas ses mots: «J’ai 72 ans, et n’ai jamais vu pareille escroquerie de toute ma vie!» La cause de son agacement? Les 400 kilos de raisins qui ont été dérobés sur l’une des parcelles du domaine familial, au-dessus de Martigny-Bourg. «Notre vigneron m’a...

Le fondateur et ancien directeur de la Cave du Chavalard de Fully, Vincent Carron, ne mâche pas ses mots: «J’ai 72 ans, et n’ai jamais vu pareille escroquerie de toute ma vie!» La cause de son agacement? Les 400 kilos de raisins qui ont été dérobés sur l’une des parcelles du domaine familial, au-dessus de Martigny-Bourg. «Notre vigneron m’a appelé le 26 septembre au petit matin, indiquant que la moitié de la vigne qu’il était censé vendanger n’avait plus une seule grappe. Dix lignes représentant un total de 500 mètres carrés avaient été cueillies dans notre dos.» 

10 000 francs de perte

Si les individus à l’origine de ce délit n’ont pour l’heure pas été identifiés, il s’agit selon Vincent Carron de véritables connaisseurs. Car sur cette vigne située plusieurs dizaines de mètres en contrebas de la route, seuls les ceps de petite arvine ont été dépouillés. Le chasselas a été épargné. «C’est l’équivalent de 300 à 400 bouteilles. En chiffres, cela représente 8000 francs, auxquels s’ajoutent des frais d’entretien annuels qui élèvent notre perte à près de 10 000 francs, analyse Vincent Carron. Il n’y a pas mort d’homme. Mais cet acte est un affront, pour nous qui n’avons jamais volé qui que ce soit.»

Pas d’autres cas en Valais

Contactés, la police cantonale valaisanne, l’Office de la viticulture ainsi que l’Interprofession de la vigne et du vin confient n’avoir reçu aucune annonce relative à des vols similaires cet automne. «Il arrive que des vendangeurs se trompent d’une ligne lors de la récolte. Mais l’on parle là de quantités bien moins importantes», indique Markus Rieder, attaché de presse de la police cantonale. 

Directeur de la Cave du Chavalard depuis que son père a pris sa retraite, Gilles Carron a encore bon espoir que les fautifs se dénoncent. Avec un domaine qui s’étend sur 15 hectares répartis entre Charrat, Fully et Martigny, il explique que tous les kilos comptent. «Ces gens sont venus récolter le fruit d’un travail qui avait été fait correctement toute l’année. Ils se sont bien passés de nous aider lors de l’effeuillage de cette parcelle.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top