17.07.2017, 18:00  

Martigny place forte de la recherche en Europe grâce à l'IDIAP

Abonnés
chargement
A Martigny, l'IDIAP et ses robots sont prêts à surfer sur la vague du succès grâce notamment au soutien financier de la Confédération.

 17.07.2017, 18:00   Martigny place forte de la recherche en Europe grâce à l'IDIAP

Technologies - Assuré du soutien financier de la Confédération, l'Institut de recherches IDIAP entend faire fructifier ses acquis et continuer à attirer des clients et partenaires de premier plan.

La très bonne nouvelle est tombée début juillet. La Confédération a décidé de prolonger pour au moins quatre ans son soutien à l’IDIAP en lui accordant une enveloppe globale de 9,7 millions de francs.

D’ici à la fin 2020, l’institut de recherches basé à Martigny (à la Rue Marconi dans les murs de l’ancien Hôtel du Parc) touchera donc de la Berne fédérale près de 2,5 millions de francs par an. L’assurance de pouvoir boucler les quatre...

La très bonne nouvelle est tombée début juillet. La Confédération a décidé de prolonger pour au moins quatre ans son soutien à l’IDIAP en lui accordant une enveloppe globale de 9,7 millions de francs.

D’ici à la fin 2020, l’institut de recherches basé à Martigny (à la Rue Marconi dans les murs de l’ancien Hôtel du Parc) touchera donc de la Berne fédérale près de 2,5 millions de francs par an. L’assurance de pouvoir boucler les quatre prochains exercices désormais acquise, le directeur de l’IDIAP, le professeur Hervé Bourlard a accepté de faire le point sur l’IDIAP, sur ses sources de financement, ses principaux postes de dépenses, ses structures, ses réussites et autres perspectives.

FINANCES

Aussi avec le soutien du canton

En confirmant vouloir continuer à verser une enveloppe de 9,7 millions à verser sur quatre ans, la Confédération va rester le principal pourvoyeur de fonds de l’IDIAP. Comme elle l’avait déjà été l’an dernier. Les comptes d’exploitation 2016 laissent ainsi apparaître que la Confédération a contribué à hauteur de 22,6% (2,42 millions). Suivent l’Etat du Valais (1,72 million ou 16,1%), le Fonds national suisse de la recherche scientifique (1,53 million) les projets européens (1,4 million) et plus loin encore la commune de Martigny (700’000 francs ou le 6,5%).

Année après année, les soutiens des institutions publiques demeurent stables et ne réservent que de surprises. Au contraire du financement industriel qui a, par exemple, passé de 538’000 francs en 2015 à 414’000 francs l’an passé.

DEPENSES

Grosse part salariale

«Au niveau des dépenses, le domaine le plus important concerne les salaires de la grosse centaine de collaborateurs, la location des locaux et frais administratifs ne représentant environ que le 10% de notre budget annuel», détaille le Pr Bourlard. 75% des charges sont ainsi comptabilisées à titre de frais de personnel.

C’est que l’IDIAP est un gros employeur en Octodure avec 136 collaborateurs sosous contrat pour 94 équivalents plein temps. «Une très grande majorité avec diplôme d’ingénieur, en cours de doctorat, postdoctorants, ou chercheurs senior (tous avec au moins un doctorat depuis plusieurs années)», précise le directeur de l’institut. La Suisse fournit le plus gros contingent de ces effectifs (40%), devant l’Aise (29% dont 10% en provenance de l’Inde) et l’Europe (21%, dont 7% rien que pour la France).

REUSSITES

Clientèle très fidèle

Rayon réussites dont l’IDIAP est particulièrement fière, le Professeur Bourlard met en avant «la création de plus d’une douzaine de spin-off, dont plusieurs encore en activité et florissant avec à la clé la création d’un incubateur IdeArk qui joue le rôle d’interface entre l’Idiap et d’autres partenaires académiques et économiques en particulier valaisans.»

Autre source de fierté pour l’IDIAP: la création du Centre Suisse de recherche en Biométrie et tests, créé en avril 2014. Au fil des ans, l’IDIAP a ainsi réussi à fidéliser un important réseau de clients au rang desquels figure le Fonds National Suisse de la recherche scientifique, l’Union européenne, le Département de la défense USA ainsi que de nombreuses start-ups et projets industriels, entre autres Facebook, Google, Samsung, Logitech, Swisscom, Argus AG, etc...

AVENIR

Le Médical prometteur

Actuellement active dans 50 projets – «dont 48% (24 projets) sont financés par des agences suisses; 30% par l’industrie ou la Commission pour la technologie et l’innovation et autant par des agences américaines» - l’IDIAP estime ses perspectives d’avenir comme excellentes.

Selon le Professeur Bourlard, le nombre de projets devrait continuer à augmenter. «En plus de notre reconnaissance comme centre de compétence nationale en Intelligence Artificielle et intégration dans les milieux académiques et industriels suisses, nous visons l’extension de nos activités vers de nouvelles thématiques, notamment liées aux applications médicales.» Trois nouveaux projets vont démarrent dans ce domaine avant cette année. Autre secteur appelé à décoller: l’énergie (Energy Informatics, notamment) en collaboration de plus en plus étroite avec le CREM de Martigny.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

Soutien européen pour l’Idiap

Et une bonne nouvelle de plus pour l’Idiap, une! Un projet piloté par l’Institut de recherche en intelligence...

    31.05.2017 00:01
Abonnés

L’Idiap, 25 ans à la pointeL’Idiap, 25 ans à la pointe

L’Idiap, 25 ans à la pointe

L’institut de recherche a été fondé en 1991. En un quart de siècle, il s’est profilé comme un acteur important dans son...

  31.08.2016 00:01
Abonnés

Top