21.09.2017, 05:30  

Une start-up valaisanne redécouvre les vertus d’une plante alpine tombée dans l’oubli

Abonnés
chargement
La Saxifrage à feuilles rondes est tombée dans l'oubli. Pourtant, au milieu du siècle dernier, elle était connue pour ses vertus cicatrisantes.

 21.09.2017, 05:30   Une start-up valaisanne redécouvre les vertus d’une plante alpine tombée dans l’oubli

cosmétique - Utilisée dans le Val d'Hérens jusqu'au milieu du siècle dernier, la Saxifrage à feuilles rondes était connue pour ses vertus cicatrisantes. Aujourd'hui, une start-up redécouvre ses propriétés oubliées.

La science cosmétique a dépoussiéré une plante alpine oubliée. Utilisée par nos ancêtres pour ses vertus cicatrisantes, la Saxifrage à feuille rondes, appelée à l’époque l’herbe sans couture, était macérée de manière traditionnelle et utilisée dans des pommades et des huiles de massage. Grâce à des procédés d’extraction innovants, la Startup Tauderma a développé un extrait de la plante pour lutter contre les affections de la peau. Organisée la semaine dernière à Paris, une conférence de presse avait pour objectif de faire du pied aux grands noms de...

La science cosmétique a dépoussiéré une plante alpine oubliée. Utilisée par nos ancêtres pour ses vertus cicatrisantes, la Saxifrage à feuille rondes, appelée à l’époque l’herbe sans couture, était macérée de manière traditionnelle et utilisée dans des pommades et des huiles de massage. Grâce à des procédés d’extraction innovants, la Startup Tauderma a développé un extrait de la plante pour lutter contre les affections de la peau. Organisée la semaine dernière à Paris, une conférence de presse avait pour objectif de faire du pied aux grands noms de l’industrie cosmétique.

>>A lire aussi: La cosmétique et les Alpes, histoire d'une jeune romance

La science en renfort

La Saxifrage à feuilles rondes était couramment utilisée dans le Val d’Hérens jusqu’au milieu du siècle dernier, puis progressivement oubliée. « Quand j’ai quitté St-Martin en 1940, tout le monde utilisait cette plante. 40 ans plus tard, les vertus de cette plante avaient été oubliées» explique Germaine Cousin, l’emblématique ambassadrice des remèdes de grand-mères du Val d’Hérens.

>>A lire aussi: Sur les traces de Germaine Cousin

Avec l’HES-SO Valais et le PhytoArk de Conthey, la startup Tauderma a étudié les principes actifs de la plante et a découvert que celle-ci possédait des vertus intéressantes pour lutter contre les taches brunes, raffermir la peau et combattre les coups de soleil. Des propriétés très intéressantes dans le milieu cosmétique. « Il y a beaucoup de recyclage dans ce milieu, on remet facilement au goût du jour des formules qui ont marché, avec un nouvel emballage. Les actifs nouveaux, comme le nôtre, sont rares et recherchés, c’est pourquoi nous avons largement investi dans cet extrait » détaille Vincent Mutel, le président de la startup. 

>>A lire aussi: Le PhytoArk, un site technologique pour attirer les entreprises cosmétiques

Investissement record

La startup joue gros, il s’agit de son premier produit après 3 ans de développement et 400'000 francs d’investissement. « En général, les cosméticiens investissent dix fois moins pour un produit, mais il y a une tendance extrêmement forte pour la cosméceutique, mélange de cosmétique et pharmaceutique. Tous les grands acteurs du marché font la course pour trouver de nouveaux produits. Le nôtre est prêt. Maintenant, on attend que ça prenne » conclut le président de Tauderma.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top