09.03.2015, 15:01  

Superhumains: des collégiens imaginent les hommes de l'an 3000

chargement
Soraya Poulin et Fiona Zähringer sont deux des étudiants qui participent au projet Superhumains. Elles viennent de présenter l'avancée des travaux de la classe devant des chercheurs de l'université de Zurich.
Par Christine SAVIOZ

VALAIS - Des étudiants du collège de la Planta participent au projet Superhumains lancé par l'université de Zurich. Objectif: offrir à des jeunes l'opportunité de s'exprimer sur les enjeux sociaux et éthiques de la technologie de demain.

Imaginer l’homme de demain. C’est le défi de vingt et un jeunes de troisième année du collège de la Planta depuis septembre dernier. Les étudiants participent au projet «Superhumains» lancé par l’université de Zurich et financé par le fond national suisse de la recherche scientifique. Ils collaborent avec des classes de Genève, l’une du collège Rousseau et l’autre du centre de formation professionnelle construction.

Des BD sciences fiction

Alors que les Genevois réalisent des textes, les Valaisans réalisent chacun une BD avec un scénario sorti de leur imagination, montrant une tranche de vie de l’homme de demain. Ils puisent leur inspiration dans les films, les articles ou les livres. «Par exemple, l’une des élèves a imaginé un monde où les gens prenaient une pilule pour l’immortalité. Mais, comme les personnes s’ennuient, elles peuvent se rendre au magasin des suicides pour disparaître», raconte Line Evéquoz, leur enseignante d’arts visuels au collège de la Planta.

Des travaux qui font réfléchir les étudiants valaisans sur le bienfondé de l'avancée technologique, ou pas.  «C’est clair qu’on a besoin de la technologie, mais on doit quand même penser aux conséquences au niveau éthique», raconte Fiona Zaehringer. L’étudiante donne l’exemple d’une idée de l’une de ses camarades, qui a imaginé l’existence d’un clone pour chaque être humain dès sa naissance. «Cela permettrait à la personne d’utiliser les organes de son clone dès qu’elle a un problème de santé. Ethiquement, a-t-on le droit de faire cela?», s’interroge Fiona Zaehringer.

Découvrez les scénarios imaginés par les élèves de la Planta dans nos éditions payantes de mardi.


Top