20.09.2017, 18:00  

Une entreprise offre 50'000 francs à la Haute Ecole d'Ingénierie

Abonnés
chargement
Le don de l'entreprise Scintilla pour la Haute Ecole d'Ingénierie n'est pas unique. En 25 ans, c'est plus d'un million de francs que l'entreprise haut-valaisanne a offert à l'école.

 20.09.2017, 18:00   Une entreprise offre 50'000 francs à la Haute Ecole d'Ingénierie

HES-SO - La Haute Ecole d’Ingénierie de l’HES-SO Valais a reçu un chèque de 50'000 francs de l’entreprise Scintilla AG. Une pratique «symbolique», contrairement aux nombreux mandats commandés par le secteur privé. Ceux-ci représentent un tiers du budget de l’école.

La Haute Ecole d’Ingénierie de l’HES-SO Valais s’est vu remettre un chèque de 50'000 francs à l’occasion de la fête du centenaire de Scintilla AG, une entreprise active dans le secteur de l’outillage électroportatif. En 25 ans de collaboration, l’école s’est vu remettre plus d’un million de francs de la part de l’entreprise haut-valaisanne, «une pratique symbolique» pour le directeur de l’HES-SO Valais, François Seppey.

Des montants anecdotiques

50'000 francs sur le budget annuel de...

La Haute Ecole d’Ingénierie de l’HES-SO Valais s’est vu remettre un chèque de 50'000 francs à l’occasion de la fête du centenaire de Scintilla AG, une entreprise active dans le secteur de l’outillage électroportatif. En 25 ans de collaboration, l’école s’est vu remettre plus d’un million de francs de la part de l’entreprise haut-valaisanne, «une pratique symbolique» pour le directeur de l’HES-SO Valais, François Seppey.

Des montants anecdotiques

50'000 francs sur le budget annuel de l’HES-SO Valais, le montant est anecdotique. «Oui, c’est une part peu significative dans notre budget, par contre l’acte est très symbolique, car il montre le lien entre l’école et le tissu économique de la région» explique de directeur. Peu de dons sont en effet encaissé par la haute école, «entre 3 et 5 par année» continue-t-il. «L’essentiel des liens, c’est par le biais de projets que l’on réalise pour les entreprises. Là, les montants sont nettement plus importants. Ces mandats représentent le tiers du budget de l’école». 
La Haute Ecole d'Ingénierie et la Haute Ecole de Gestion & Tourisme sont impliqués dans une cinquantaine de partenariats avec des entreprises valaisannes pour des projets de recherche et développements.

>> Lire aussi: Une nouvelle formation sans profs et sans notes

Financement et indépendance de la recherche

Les dons de Scintilla AG ont permis au prof. Efrain Carreño-Morelli, responsable du groupe de recherche «Technologies des poudres et matériaux avancés», de financer une partie du matériel nécessaire à son laboratoire. «Leur don est avant tout une reconnaissance pour le travail accompli» explique-t-il. Mais la question de l’indépendance de la recherche se pose. Ce don exige-t-il une contrepartie ? «Absolument pas. Ils ne nous disent pas dans quelle direction investir. On tient à garder notre liberté pour collaborer avec d’autres, même avec des entreprises en concurrences, tout en respectant la confidentialité la plus stricte». 

Et François Seppey insiste. La recherche est réglée par des systèmes de fonctionnements clairs. «Tout est vérifié par des instances externes, on n’est pas dans un rapport de dépendance fort à l’égard de l’entreprises. De plus, je reste persuadé que l’éthique et la déontologie des collaborateurs est importante et je n’ai aucune raison de la mettre en doute». 

>> Lire aussi: François Seppey à la tête de la HES-SO Valais


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top