06.03.2016, 11:08  

C'est l'heure de vérité pour l'armée de milice

chargement
L'armée veut disposer tout au long de l'année d'une réserve de soldats capables d'intervenir à la frontière.

Crise migratoire - Le commandant des forces terrestres Dominique Andrey estime que si l'armée est appelée en renfort pour gérer les migrations de masse, le système de milice connaîtra "son heure de vérité".

«Si le pays a besoin de l’armée pour faire face à l’afflux migratoire, ce sera l’heure de vérité pour l’armée de milice», a prévenu le commandant de corps Dominique Andrey, lors de son intervention lors de l’assemblée de la Société des officiers du Valais romand, qui s’est tenue à Champéry samedi soir. «Dans ce cas, les militaires appelés à servir ne pourront pas dire: j’ai prévu des vacances en famille à cette date et j’ai déjà acheté les billets d’avion.»

Aux yeux de l’actuel commandant des forces terrestres, il est fort possible que ce scénario se concrétise. «En fonction de l’évolution de la situation, le corps des garde-frontières sera vite confronté à ses limites. Le seul moyen pour lui prêter main forte c’est l’armée. Elle pourrait intervenir de différentes manières, pour effectuer la surveillance ou en appui.» Pour l’instant, rien n’a été décidé. Le dossier est entre les mains du pouvoir politique, en l’occurrence le Conseil fédéral.

Les militaires n’ont pas attendu que la décision tombe pour se préparer et analyser la situation. Plusieurs scénarios ont été prévus. «Nous avons déjà déplacé les dates des cours de répétition de 5000 hommes au cas où.»


À lire aussi...

RéactionL'armée suisse décale les cours de répétition de 5'000 soldats pour faire face à la crise des migrantsL'armée suisse décale les cours de répétition de 5'000 soldats pour faire face à la crise des migrants

MIGRATIONL’armée pourrait renforcer les frontièresL’armée pourrait renforcer les frontières

Top