28.09.2017, 11:34  

China Construction a aussi contacté Christian Constantin et Sylvio Bernasconi

Abonnés
chargement
La construction de la future salle de spectacle de Médran à Verbier a été proposée à l'ancien patron de Xamax, Sylvio Bernasconi.

 28.09.2017, 11:26   China Construction a aussi contacté Christian Constantin et Sylvio Bernasconi

Avant de prendre contact avec la commune de Bagnes, les intermédiaires de China Construction ont pris langue avec Christian Constantin et Sylvio Bernasconi pour travailler sur de grands travaux en Valais.

La Commune de Bagnes n’est pas la première à avoir été contacté par ceux qui se présentent comme les intermédiaires de China Construction. Plusieurs personnalités connues ont été contactées. «Je les ai rencontrés», confirme Christian Constantin, patron du bureau d’architecture éponyme et président du Fc Sion. Il ne nous en dira pas plus, en raison du secret des...

La Commune de Bagnes n’est pas la première à avoir été contacté par ceux qui se présentent comme les intermédiaires de China Construction. Plusieurs personnalités connues ont été contactées. «Je les ai rencontrés», confirme Christian Constantin, patron du bureau d’architecture éponyme et président du Fc Sion. Il ne nous en dira pas plus, en raison du secret des affaires.

L'ancien patron de Neuchâtel Xamax contacté

Un autre nom connu dans le monde sportif est plus dissert. Il s’agit de Sylvio Bernasconi, l’homme qui a été président du Neuchâtel Xamax pendant les grandes heures du club, et patron lui aussi d’une entreprise éponyme, active elle dans le monde de la construction.

«On m’a fait miroiter d’énormes chantiers en Valais, au Châble et à Verbier.» La tentation a été forte, mais le patron neuchâtelois n’ira pas plus loin. «Après quelques jours de réflexion, j’ai renoncé. Nous ne sommes pas des rêveurs.»

Sylvio Bernasconi ne cache pas qu’il se pose des questions. «Je me suis demandé pour quelles raisons la plus grande entreprise du monde dans le domaine de la construction aurait besoin d’une entreprise neuchâteloise pour un chantier en Valais.» Il se pose aussi des questions par rapport aux intermédiaires de la société chinoise qui se présentent à lui, un courtier vaudois, Jean-Paul Pointet, puis un moine Shaolin d’origine camerounaise domicilié à Paris, Dominique Saatenang. Dans une phrase qui en dit long sur ses doutes, le Neuchâtelois déclare: «Si le patron de China Construction me convoque, je suis au garde-à-vous!»

Dominique Saatenang indique ne pas prendre de contact directement en Suisse, par manque de connaissance, mais qu’il n’intervient qu’à la demande de Jean-Paul Pointet. Ce dernier indique simplement avoir pris contact avec de nombreuses personnes dans le cadre de ses activités.

>>A lire aussi: Le cadeau embarassant de la Chine à Verbier


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top