17.06.2014, 17:01  

Air-Glaciers: l'Alouette III tire sa révérence

chargement
L'Alouette III ne volera plus dès mercredi soir.
Par David VAQUIN

Sauvetage - L'Alouette III, légende des Alpes et du sauvetage effectuera son ultime vol mercredi.

Quand il en parle, on dirait qu’il évoque une amie de longue date qui vient tout juste de disparaître. Pour Patrick Fauchère, la fin de l’Alouette III est un véritable déchirement. «Elle me manque déjà», déclare le chef des pilotes d’Air-Glaciers les yeux dans le vide. «Pour les pilotes de ma génération, l’Alouette III est une véritable légende. Quand j’étais gosse, je rêvais de faire ce métier en la voyant et en l’entendant passer sur ma tête. Je ne pensais pas survivre à ce mythe. C’est vraiment spécial et difficile de me séparer de cet hélicoptère.» D’autant plus que la compagnie valaisanne aurait souhaité continuer l’aventure mais les finances en ont décidé autrement. «Nous sommes tributaires du développement. Le fabriquant a cessé de produire certains éléments pour inciter à vendre ses nouveaux modèles. Résultat, les pièces détachées sont introuvables ou hors de prix. Comme la structure doit passer une révision, nous avons préféré en rester là alors qu’elle aurait pu encore rendre des services», déplore Patrick Fauchère.

Le Saint-Bernard des alpes

Fin de l’histoire. Une histoire qui a débuté en 1967 avec Bruno Bagnoud et Fernand Martignoni, les pionniers du sauvetage. «A l’époque, l’Alouette a permis de repousser les limites. La particularité de l’Alouette III c’est qu’elle a été très performante dès ses débuts. Grâce à sa visibilité, sa capacité d’emport de sept personnes, sa puissance, elle est devenue l’élément clé du sauvetage. Nous savons qu’elle peut aller n’importe où, n’importe quand. C’est le Saint-Bernard des alpes», s’enthousiasme le chef pilote.

Retrouvez l'intégralité de ce reportage dans nos éditions payantes du 18 juin.


Top